Accueil | dMute

Minotaur Shock

: Maritime



sortie : 2005
label : 4AD
style : Folktronica

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Muesli
02/ (She's in) Dry dock now
03/ Vigo Bay
04/ Six Foolish Fishermen
05/ Hilly
06/ Twosley
07/ Somebody once told me it existed but they never found it
08/ Luck Shield
09/ Mistaken Tourist
10/ The Broads
11/ Four Magpies

Maritime est le deuxième album de Minotaur Shock, qui a quitté le label Melodic pour l’institution 4AD. Les comparaisons du communiqué promo ont de quoi attirer le chaland : Boards of Canada, Milanese,Four Tet. C’est surtout cette dernière référence que l’on retiendra. David Edwards semble en effet partager avec Kieran Hebden un goût pour les manipulations électroniques dessinant des paysages aux lignes très organiques : un titre tel (She’s in) dry dock now, et sa rythmique hip hop abstraite et chaloupée n’aurait d’ailleurs pas juré sur l’album Pause de Four Tet. Mais à la différence du protégé de Domino, qui tire l’essentiel de ses machines, Edwards mêle à la programmation de véritables instruments (clarinette, flûte, violon…)

D’autres noms viennent à l’esprit lors de l’écoute : Mice Parade, Boom Bip dont le son du dernier album, comme « en surface », rappelle ce Maritime qui privilégie les vaguelettes électro superficielles à de grands remous abyssaux. Un parti-pris qui ne rebute pas, car il ne s’agit pas ici de secouer l’auditeur mais de l’emporter avec soi au gré d’ ondulations caressantes ou plus chahuteuses ( et ce sera le single immédiatement accrocheur Vigo Bay, ou le subtil Hilly, funky bleep qui cousine avec Ark).

Mais la grande affaire de Minotaur Shock sur cet album, ce sont les synthés, cheesy à souhait (Six foolish fishermen, Twosley), choix risqué mais qui a le mérite d’offrir à ce disque une couleur assez originale, en plein recyclage électronique eighties peu inspiré .

Le retro-modernisme de Mistaken Tourist, d’abord rebutant, rythme binaire et riffs de synthés vintage à peine imaginables à l’appui, parsemé de touches acoustiques discrètes, fait son œuvre au fil des écoutes,et finit par coller un sourire décomplexé à l’auditeur d’abord circonspect.

Ce folktronica trimballe sa nonchalence tranquille au risque de ne faire qu’effleurer l’auditeur, et non de le marquer en profondeur. Mais ce n’est pas si grave Maritime ne défrisera pas grand-mère, mais en fond sonore, pour accompagner les mots-croisés, ça le fait comme disent les jeunes.


Chroniqué par Imogen
le 11/06/2005

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



jeu. 25/05 - Chronique
Blonde Redhead - 3 O'Clock
lun. 22/05 - Chronique
Bethan Kellough - Aven
sam. 20/05 - Blog
Notilus - S/T
mer. 17/05 - Blog
Kara-Lis Coverdale : Grafts
jeu. 11/05 - Blog
Senbeï - NIN
lun. 08/05 - Chronique
Oxbow - Thin Black Duke
dim. 07/05 - Blog
Duster - Stratosphere (1998)
jeu. 04/05 - Blog
Näo - Duel
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters