Accueil | dMute

Fog

: 10th Avenue Freakout



sortie : 2005
label : Lex Records
style : Electro folk

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Can You Believe It?
02/ We’re Winning
03/ 10th Avenue Freakout
04/ The Rabbit
05/ Song About A Wedding
06/ Holy! Holy! Holy!
07/ The Small Burn
08/ Hummer
09/ O Telescope, You
10/ Goody Gundrops
11/ The Poor Fella
12/ A Murder

10th Avenue Freakout marque le retour du songwriter le plus touchant de ces dernières années, capable de composer avec un peu n’importe quoi, sans vraiment s’attacher à la qualité de son solfège. Après être passé des platines au piano et avoir fait du hip-folk avec Why?, Fog semble dorénavant travailler dans une certaine continuité, en présentant un album néo-folk plutôt convenu, du moins lorsqu’on suit le personnage depuis ses débuts.

Préférant l’ingénuité de Hymie’s Basement aux ambiances brumeuses de Ether Teeth, le Fog nouveau se veut toutefois plus aéré que ses prédécesseurs, dans l’esprit du superbe single We’re Winning. Ici, les rythmiques alambiquées se conjuguent à quelques digressions hoodiennes, selon une logique évolutive qui reviendra sur l'ensemble de l'album. Sans complexe, Fog persiste dans sa tradition de la ballade minimaliste (Song For A Wedding, O Telescope, You) et grinçante (Holy ! Holy ! Holy !), flirte avec l’ambient (The Small Burn) ou le rock noisy (The Rabbit, 10th Avenue Freakout), et saupoudre l’ensemble de quelques scratches discrets et foutraques.

Sous couvert d'une cohérence moindre, l’instrumentation de 10th Avenue Freakout rompt ainsi avec la récurrence du piano et laisse une place plus importante aux sonorités synthétiques. Inévitablement, le melting-pot peine à convaincre sur la longueur, mais il contient de véritables instants de génie. We’re Winning, donc, mais aussi The Rabbit, où le songwriting de Fog révèle toutes ses qualités : guitare minimaliste, basse syncopée et xylophone malicieux enrobent tendrement les murmures d’un Fog qui n’hésite pas à élever sa voix en toute fin de titre. Enfin, difficile de résister au texte de Can You Believe It?, témoin de la naïveté d’un gosse trop lucide, sombrant inévitablement dans le cynisme.

Avec 10th Avenue Freakout, Fog délaisse le perfectionnisme parfois étouffant de Ether Teeth, au profit d’un songwriting bigarré et hédoniste. Si certains titres restent dispensables, We’re Winning et The Rabbit prouvent que Fog n’est jamais aussi bon que lorsqu’il se rapproche de ces sonorités pop-folk mutantes, et devient ce confident idéal, capable de comprendre les tracas les plus insignifiants de votre quotidien. Un ami qui vous veut du bien, somme toute.

Chroniqué par David Lamon
le 31/05/2005

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Loss Leader EP
(2006)
Lex Records
Folk / Electro Hip Hop / Pop



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



lun. 25/09 - Blog
Feldub - Class War
jeu. 21/09 - Blog
Ease the Soul - Unconscious
ven. 15/09 - Interview
Interview avec Ruelgo
ven. 25/08 - Chronique
Grizzly Bear - Painted Ruins
dim. 20/08 - Chronique
Lawrence English - Cruel Optimism
mer. 16/08 - Chronique
Shannon Wright - Division
mer. 02/08 - Blog
Cornelius - If You're Here
lun. 24/07 - Chronique
Ici et Lui - Punk Prodige
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters