Accueil | dMute

Chok Rock

: Big City Loser EP



sortie : 2005
label : Warp
style : Electro-tech / Funk

achat/téléchargement

Tracklist :
01/Give It Up
02/Buzz
03/Happy Man
04/Take A Plane

"Akufen meets Parliament". C'est ainsi que Trevor Jackson décrit la musique de Chok Rock, dernière signature française de Warp Records. La suite, en quelque sorte, du mot de Derrick May pour expliquer la techno : "Georgle Clinton et Kraftwerk coincés dans un ascenseur, avec un séquenceur pour seule compagnie". En tout cas, de quoi alimenter le buzz, même si nos indics-trainspotters ne manquent pas de signaler que ce Big City Loser Ep est en fait une réédition d'un 12" paru sur Châteaurouge, augmentée d'un morceau. Et il faut le reconnaitre : il y aussi peu de raisons d'être surexcité par cette sortie que de crier au scandale.

Parce que Chok Rock n'est pas vraiment porteur d'un son nouveau et/ou sensationnel. Il suffit d'écouter les douze minutes de Give it up : une rythmique mène la danse, inflexible comme Florian Schneider, et autour d'elle s'articulent sample de basse, microsample de guitare funk, hook vocal saturé, etc. Difficile de ne pas penser à Ark versant Alleluyark, dans ce tempo remuant où le rush attendu et espéré n'arrive jamais. Ici, la science du groove est aussi indéniable, le producteur joue beaucoup sur les cuts et les pauses dans un ingénieux crescendo, mais la formule ne tient pas toutes ses promesses : le sound design est très abouti mais très propre, et il manque la fantaisie foutraco-ludique pour réellement apprécier à la maison - nulle doute que l'effet sera différent sur un dancefloor. La seule relative surprise vient de l'outro downbeat, qui sonne comme une phase de déconstruction du track.

Les titres suivants poursuivent plutôt dans ce sens, le rythme devient domestique. Buzz porte bien son titre, les sons bourdonnent ; il y a là encore une vraie intelligence de production, la linéarité du titre est sans cesse déjouée par l'agitation d'effets distordant les samples et de micropauses. Tout cela anime un groove, ajoute à la dynamique créee par des samples attrayants (interjections d'une voix sensuelle, gratte et basse funk, gimmick syllabique à la Prefuse 73).

On regrette toutefois qu'en dépit d'un fond funk, l'ensemble reste très dans un froid entre-deux, presque impersonnel, et qui va peut-être aux dépens de l'immédiateté. Les mélodies sont là, pourtant, on le sent, on le sait, on les découvre à l'écoute approfondie, telles qu'exposées sur ce break où une sorte de Jamie Lidell bionique glisse ce keyword plaisant de "big city loser", et nous suggère qu'une écriture subtile et une certaine ironie peuvent se cacher là derrière...

Moins technique, Take A Plane est serti de guitare acoustique et convoque force réminiscences pop électronique (Air, Royksopp…), développant enfin une atmosphère en plus de l'esthétique de production. C’est dans l’attente de cet équilibre entre sound design avancé des textures et charme des compositions qu’on va dorénavant guetter le nom de Chok Rock.


Chroniqué par Guillaume
le 05/05/2005

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 15/11 - Chronique
Protomartyr - Relatives in Descent
sam. 04/11 - Blog
#12 (deuxième partie)
mer. 01/11 - Blog
Igloohost - Neō Wax Bloom
mar. 24/10 - Blog
#21 : Oiseaux-Tempête
dim. 22/10 - Blog
NO NEW YORK (1978)
ven. 20/10 - Chronique
Dälek - Endangered Philosophies
dim. 15/10 - Blog
#12
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters