Accueil | dMute

Para One

: Clubhoppn EP



sortie : 2005
label : Institubes
style : Electro hip-hop

achat/téléchargement

Tracklist :
a1/la télé l'après midi
a2/severed god limbs (feat.busdriver)
b1/clubhoppn
b2/severed god limbs(instrumental)


Depuis ses productions pour TTC (Ceci n'est pas un disque et Bâtards sensibles), L'Atelier (Buffet des Anciens Elèves), et son Beat Down EP, Para One est l'un des producteurs français les plus en vue et les plus prometteurs du moment. C'est dire si tous les espoirs sont placés en lui. Autant donc le dire tout de suite : comparés à ses précédents coups de force, Clubhoppn EP déçoit un peu de prime abord, surtout à côté de l'excellente Face A du Beat Down EP, toute en circonvolutions électroniques déstructurées, mélodiques et mystérieuses. La Face B était déjà moins passionnante, dans ses velléités technoïdes et clubbesques un peu rebutantes et impersonnelles. C'est cette seconde formule qu'a choisi ici Para One. Bizarrement, c'est quand il ne cherche pas à tout prix l'efficacité dansante qu'il se révèle le plus efficace, émotionnellement parlant.

Or Clubhoppn EP, comme son titre semble l'indiquer, s'inscrit dans une optique "club", sans pour autant être un pur morceau danceable. Ici la syllabe "club" est plus sournoise qu'il n'y paraît. La voix de La Télé l'après-midi donne le La : "J'aime bien baiser les vieilles pour leur argent. Les jeunes, j'aime leur faire l'amour, boire avec elles, danser… Surtout, j'aime lécher les jeunes. Les vieilles, qu'elles aillent se faire foutre !" Jeunisme et cunnilingus : c'est parti pour une tournée un brin ironique des clubs. Entre le morceau d'ouverture et Clubhoppn, du temps semble s'écouler : après-midi et soirée, rêverie érotique, désir de danse et de jeunes filles, avant de donner une réalité à ces espoirs de club. De la même façon, Clubhoppn EP demande du temps à son auditeur pour jouer cartes sur table. Sonorités moins subtiles que sur Beat Down EP, plus âpres et discoïdes, évoquant un accouplement contre-nature d'Autechre et de Daft Punk, la formule a de quoi séduire sur le papier mais peine d'abord un peu à fonctionner pleinement sur la platine, parce qu'elle n'est pas immédiatement danceable. Clubhoppn utilise la même formule et s'approche davantage du Turtle Trouble du Beat Down EP, avec ses beats disco-hip-hop, ses crescendos de clavier cheap et ses sons très IDM scratchés ajoutant une seconde rythmique en contrepoint du beat. Chaque son semble destiné au mouvement des hanches et du cerveau. Et pourtant, les deux ont besoin de s'accoutumer avant d'être touchés : il faut un peu de temps avant d'entrer dans les mélodies de Clubhoppn, avant de dépasser les aspects "club" apparemment convenus pour s'apercevoir qu'ils créent en fait un rapport particulier entre le corps et le cerveau, entre l'auditeur et cette musique qui se désigne d'abord à lui comme une musique de club, qui en réalité est bien davantage et ne fait intervenir l'aspect dance que dans un second temps seulement. Exercice club d'un genre particulier : on tient là un clubbisme cérébral, dont le but n'est pas de faire danser le corps en même temps que le cerveau (crédo de l'Intelligent Dance Music), mais de faire danser le corps via le cerveau. Dans la musique de Para One, le club semble toujours attendu, différé, rêvé, espéré. Et l'émotion, un peu en retrait, également.

Inséré dans cette mini-narration, l'excellent Severed God Limbs (et son instrumental) avec un featuring de Busdriver. Ici Para One fait mal, et frappe sans attendre : gros son, basses lourdes et saturées, mélodies 8-bit inquiétantes et tourmentées, flow torturé de Busdriver, cut-ups de voix émergeant de nulle part. Le producteur et le MC virtuoses s'associent pour un morceau d'anthologie, où l'émotion du Beat Down EP revient et ménage un curieux décalage avec le clubbisme cérébral du reste du EP.

Alors, bon disque ou pas ? Même si Clubhoppn EP n'a pas la même force, la même évidence mélodique que les précédentes productions de Para One, il reste toute de même un disque de (très) haute tenue et enthousiasmant qui trompe l'auditeur pour mieux le surprendre et révèle une nouvelle facette musicale de son auteur. Gageons que le prochain effort de Para One saura réunir et dépasser ses deux visages, et proposer un essai complet qui, pour le coup, mettra tout le monde d'accord, à tous les sens du terme.

Chroniqué par Mathias
le 30/04/2005

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Epiphanie
(2006)
Institubes
Musique électronique
Beat Down EP
(2003)
Institubes
Hip Hop - Electronica



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



jeu. 20/04 - Chronique
Arto Lindsay - Ciudado Madame
mar. 11/04 - Chronique
Jacaszek - KWIATY
mar. 04/04 - Blog
Chrono.fixion - 2016
sam. 18/03 - Blog
King Crimson - Starless (1974)
sam. 11/03 - Blog
Zenzile - Elements
ven. 03/03 - Blog
Al' Tarba - La Nuit se Lève
mar. 28/02 - Chronique
Andy Shauf - The Party
sam. 25/02 - Chronique
Wooden Veil - Wooden Veil
lun. 20/02 - Blog
Mahom - Fell in
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters