Accueil | dMute

enregistré par steve albini

: The Ephemera's Worship



sortie : 2004
label : Autoproduit
style : Math-Rock / Free Jazz

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Joy&Co.
02/ Capitalism
03/ Le Progrès
04/ Je Sourirai Sur Une Autre Danse
05/ The Ephemera's Worship

Non, enregistré par steve albini n’a pas été enregistré par Steve Albini ! Et, pourtant, the ephemera’s worship est une démo que le leader de Shellac ne désapprouverait certainement pas. Pas d’imitation toutefois : si le groupe s’inspire de son aîné, il augmente, avec justesse, cette référence de touches toutes personnelles comme ce saxophone aux sonorités free qui plane sur le disque.

Cinq morceaux denses et explosifs, mais qui savent toutefois laisser la place libre à des plages d’improvisation qui ne sont pas sans rappeler, parfois, les joutes d’Akosh et de Noir Désir, comme c’est le cas sur capitalism.
À peine plus de trente minutes urgentes durant lesquelles les membres du groupe s’évertuent à défaire ce qu’ils ont tout d’abord fait comme pour échapper à la monotonie que la violence manifeste des compositions risquerait de leur imposer. On en jugera avec le progrès, morceau tout en circonvolutions, dont le crescendo final laissera l’auditeur haletant. L’improvisation vient ainsi enrichir la musique, permettant de varier les structures et les ambiances et, élevant un morceau comme je sourirai sur une autre danse, au rang de labyrinthe musical, interdit de parler d’une musique qui évoluerait tant elle semble se révolutionner elle-même à chaque minute.
On regrettera cependant que les murs sonores construits par le trio guitare-basse-batterie étouffent la voix qui, pourtant, hurle. C’est peut-être un choix et l’on sent, notamment lorsque les textes sont en français, que l’on cherche à nous dire quelque chose. Mais, cela, si on le devine à l’aide des titres, on peine vraiment à le déchiffrer.

Qu’importe ! rétorquera-t-on à raison. the ephemera’s worship efface ces regrets en venant clôturer, à l’aide d’une mélodie qui tourne parfaitement sur elle-même, la boucle ouverte par joy & co. Le morceau récapitule toute l’inventivité dont enregistré par steve albini a su faire preuve et dont atteste le final qui, tout à fait étranger à la légèreté du commencement, vous laissera sourds…ou bien fébriles et pressés de relancer cette boucle éphémère qui s’achève à peine.


[Vous pouvez écouter the ephemera's worship sur le site de enregistré par steve albini]

Chroniqué par Jérôme Orsoni
le 11/04/2005

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Reportage
(06/11/2005)
@ Café de la Plage



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 15/10 - Blog
#12
mer. 11/10 - Blog
Dub Engine - Psychosteppa
mar. 03/10 - Blog
Bonnie Li - Plane Crash
lun. 25/09 - Blog
Feldub - Class War
jeu. 21/09 - Blog
Ease the Soul - Unconscious
ven. 15/09 - Interview
Interview avec Ruelgo
ven. 25/08 - Chronique
Grizzly Bear - Painted Ruins
dim. 20/08 - Chronique
Lawrence English - Cruel Optimism
mer. 16/08 - Chronique
Shannon Wright - Division
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters