Accueil | dMute

Natsat

: Angle



sortie : 2004
label : Space Patrol
style : Post-rock / jazz

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Glaverbel
02/ Amygdala
03/ Phoenix
04/ Horizon 1
05/ Great northern
06/ Aberdeen H
07/ Sumo de Naja
08/ Mystery
09/ Dirty paradise
10/ Columbo vs. horizon 5

De l’aveu même de ses membres, certains titres du premier album de Natsat, Angle, ne sont pas exactement des morceaux, mais plutôt des traces (Horizon 1 et, dans sa seconde partie, Columbo vs. horizon 5). Certes, chaque morceau de musique enregistrée est une trace de sa performance, mais il en est qui sont plus que cela. Ce sont des traces de moments de la vie de leurs auteurs, de ces jours passés à enregistrer la musique.

Comme par résonance, cet aspect de la musique de Natsat envahit Angle : musique atmosphérique qui se déploie le long d’une ligne au-delà de laquelle, cela semble certain, plus rien n’est possible. Une musique qui fait penser que l’urgence dans laquelle elle a été enregistrée, si elle n’est pas ce qui lui est arrivé de mieux, ne l’a cependant pas ruinée. Comme cette voix que l’on entend sur Glaverbel et Aberdeen H, elle se joue dans un après : après la colère et la rage peut-être, quoiqu’elles soient encore audibles — après que quelque chose s’est brisé, que l’on continue quand même, certain que rien n’est fini. Musique dont la gravité est le principal ressort (dominance des basses, voix grave à peine plus forte qu’un murmure), mais qui sait y échapper lorsque guitare saturée et cuivres s’entrelacent en un tissu sonore intense et mouvementé (Dirty paradise).

Et puis, il y a ces trois titres qui, à mon sens, se détachent : Great northern, Sumo de Naja et Mystery : trois ambiances différentes, trois registres complémentaires qui mettent en évidence la diversité de la musique de Natsat : la gravité dont j’ai déjà parlée, mais aussi la capacité à faire résonner un groove authentique qui doit plus au jazz qu’au funk et la faculté de donner à ses morceaux une dimension sombre sans être étouffante puisque le groupe sait mobiliser toute la puissance nécessaire à un rock ample.

Une fois le disque passé, une envie le remplace, celle de pouvoir partager bientôt d’autres moments de la vie de Natsat.

Chroniqué par Jérôme Orsoni
le 04/04/2005

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



jeu. 21/09 - Blog
Ease the Soul - Unconscious
ven. 15/09 - Interview
Interview avec Ruelgo
ven. 25/08 - Chronique
Grizzly Bear - Painted Ruins
dim. 20/08 - Chronique
Lawrence English - Cruel Optimism
mer. 16/08 - Chronique
Shannon Wright - Division
mer. 02/08 - Blog
Cornelius - If You're Here
lun. 24/07 - Chronique
Ici et Lui - Punk Prodige
mar. 18/07 - Chronique
Toàn - Histós Lusis
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters