Accueil | dMute

Snooze

: Americana



sortie : 2005
label : Ostinato
style : Variété électronique

achat/téléchargement

Tracklist :
01/The wave
02/Treat me like a man
03/People are made of stone
04/Welcome to my seventeen
05/Now we're two
06/White jazz
07/Breakfast in belfast
08/Black flowers
09/Home is where it hurts
10/Broke
11/So goes the night



Americana entame avec une polyphonie radieuse qui danse la micro-house (The wave), et enchaîne immédiatement sur une country-pop enjouée, Treat me like a man. Cela vous pose un album, et aussi le type d'aspirations qu'a Dominique Dalcan lorsqu'il endosse son pseudo de Snooze : prendre une récréation pour mieux se recréer, lui qui a eu plus souvent droit au bac "chanson francophone" qu'à celui des "musiques électroniques".

Ce nouvel album, comme l'indique son titre, comme le suggère la pochette, est une évasion : l'occasion de céder aux tentations, celle de produire soi-même son disque, celle de se laisser aller au pastiche du folk(lore) américain, alors même que le pays est obsessionnellement cité en contre-exemple de politique étrangère. Arrivé au stade où toutes les excentricités sont permises, Snooze se réinvente une jeunesse sur Welcome to my seventeen et joue avec du cliché et de la guitare acoustique avec une conviction et une naïveté déconcertante. Mais il assume - c'est le premier disque sous le pseudo SnoozeDominique Dalcan chante - joue du coeur, des choeurs, voire du vocodeur (Now we're two) et même d'authentiques textures synthétiques (discretement mélangés à la vraie-fausse instrumentations en bois, cordes et claviers, qui lache sa fougue sur Broke), tout ça avec ferveur, dans l'impunité d'arrangements assez irreprochables.

Finalement, cet outsider improbable prends ses désirs pour une réalité musicale, et cela fonctionne au culot. L'harmonie et la voix de crooner sur White jazz, on y aurait pas cru à l'époque de Going Mobile, l'album downtempo coktail idéal qui l'avait revélé aux amateurs de douceurs électroniques. Snooze ne se prive pas d'en décalquer encore les accords primesautiers, comme sur Breakfast in Belfast, où il ose en sus la reprise-poncif de Feeling Good, le standard de Nina Simone. Mais cette fois, les percussions jazzy s'effacent devant une programmation assez inattendue. Sur Black flowers par exemple, la steel guitar défie les clics de la rythmique et les cycles de l'orchestration court-samplée, dans ce qu'on serait tenté d'appeller... Folktronica.

Aux orphelins du trip-hop, aux auditeurs par défaut des gâteries gâteuses de Thievery Corporation ou du dernier Air, on préfèrera conseiller la variété électronique et soignée de Snooze et les grands espaces, lumineux et drôlement fantasmés, de son Americana.

Chroniqué par Guillaume
le 03/04/2005

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



jeu. 21/09 - Blog
Ease the Soul - Unconscious
ven. 15/09 - Interview
Interview avec Ruelgo
ven. 25/08 - Chronique
Grizzly Bear - Painted Ruins
dim. 20/08 - Chronique
Lawrence English - Cruel Optimism
mer. 16/08 - Chronique
Shannon Wright - Division
mer. 02/08 - Blog
Cornelius - If You're Here
lun. 24/07 - Chronique
Ici et Lui - Punk Prodige
mar. 18/07 - Chronique
Toàn - Histós Lusis
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters