Accueil | dMute

M83

: Before the Dawn Heals Us



sortie : 2005
label : Gooom
style : Electro-rock

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Moon Child
02/ Don't Save Us trom the Flames
03/ In the Cold I'm Standing
04/ Farewell / Goodbye
05/ Fields, Shorelines and Hunters
06/ *
07/ I Guess I'm Floating
08/ Teen Angst
09/ Can't Stop
10/ Safe
11/ Let Men Burn Stars
12/ Car Cha

Enregistré au printemps 2004, Before the Dawn Heals Us, troisième album de M83, est essentiellement l’œuvre de Anthony Gonzalez, Nicolas Fromageau ayant quitté son acolyte pour se tourner vers une carrière solo. Aidé de son frère, Yann, pour l’écriture et d’Antoine Gaillet pour la production, l’Antibois réalise un album ambitieux, entre envolées épiques (Moon Child) et complaintes intimistes (Safe).

Écouter Before the Dawn Heals Us, c’est arpenter un chemin bordé de deux gouffres, de deux abîmes, l’un d’une grandiloquence grotesque et l’autre d’une troublante beauté. Si Anthony Gonzalez n’est pas loin de tomber complètement dans le premier avec les morceaux liminaires, il se raccroche à temps pour remonter la pente et réaliser dix autres morceaux, en équilibre instable mais atteignant quelques moments de grâce (A Guitar and a Heart).

Si les albums précédents, et notamment le spectral Dead Cities, Red Seas & Lost Ghosts, évoquaient immanquablement la musique de Boards of Canada, les références électroniques se font plus explicites, plus précises avec Before the Dawn Heals Us. Moins que le duo écossais, ce sont les vieux synthés rétro des groupes allemands de kraut rock des années 1970 – Kraftwerk et Tangerine Dream en premier lieu – qui planent au-dessus de la musique de M83 (Teen Angst). Et si les empreintes de My Bloody Valentine et de Slowdive sont toujours très présentes, elles se redoublent maintenant de nettes intonations post-rock, les guitares hurlantes et la batterie déchaînée de Fiels, Shorelines and Hunters et de * se référant explicitement à Godspeed You! Black Emperor.

Before the Dawn Heals Us laisse une impression ambivalente et illustre la difficulté qu'il y a à retrouver toute l’alchimie, toute l’harmonie d’un album aussi réussi que Dead Cities, Red Seas & Lost Ghosts.

Chroniqué par dfghfgh
le 19/02/2005

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Digital Shades Vol.1
(2007)
Gooom
Ambient
Dead Cities, Red Seas & Lost Ghosts
(2003)
Gooom
Electro-rock
M83
(2001)
Gooom
Electro



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



sam. 18/03 - Blog
King Crimson - Starless (1974)
sam. 11/03 - Blog
Zenzile - Elements
ven. 03/03 - Blog
Al' Tarba - La Nuit se Lève
mar. 28/02 - Chronique
Andy Shauf - The Party
sam. 25/02 - Chronique
Wooden Veil - Wooden Veil
lun. 20/02 - Blog
Mahom - Fell in
sam. 11/02 - Chronique
Taylor Deupree - Somi
mer. 08/02 - Blog
Stepart - Playground
dim. 22/01 - Blog
dMute recrute
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters