Accueil | dMute

Illogic

: Celestial Clockwork



sortie : 2004
label : Weightless Recordings
style : Hip-hop

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Intro
02/ The Only Constant (feat.Blueprint)
03/ Birthright
04/ 1000 Whispers
05/ Time Capsule (feat. Aesop Rock & Vast Aire)
06/ Celestial Clockwork
07/ Hollow Shell (Cash Clutch)
08/ Lesson in Love
09/ First Trimester
10/ Live to Die
11/

Originaire de Columbus dans l'Ohio, Illogic est un artiste rare dans le milieu (im)pitoyable du hip-hop américain puisqu'il a la particularité de ne pas employer les mots "nigga" et "bitch" dans ses morceaux....

Trève de plaisanterie, sur ce troisième album (après Unforeseen Shadows et Got Lyrics?) Illogic nous démontre une nouvelle fois ses talents de lyriciste hors-pair. Pour faire danser ses mots, il s'est acoquiné avec son complice de toujours, Blueprint, ici producteur mais parfois rappeur (notamment au sein de Soul Position avec RJD2).

La mayonnaise ne tarde pas à prendre car dès le premier morceau, The Only Constant, le beat alambiqué imaginé par Blueprint provoque irrémédiablement un hochement de tête synonyme de plaisir intense.
Le son jazzy habitant le deuxième titre (Birthright) ne fait que renforcer ce plaisir et l'on commence à se dire que l'on tient là un album d'une grande qualité.
Le premier temps fort de cet opus est sans conteste 1000 Whispers, morceau énorme où la production spatiale de Blueprint se marie à merveille avec le flow et les mots d'Illogic("If a picture's worth a thousand words, I've painted a thousand pictures.If a scream is worth a thousand dreams, I've dreamed a thousand whispers.").
Time Capsule met en évidence le talent de production de Blueprint avec son piano onirique et ses étranges bruits sous-marins.(La présence d'Aesop Rock et de Vast Aire ne faisant qu'accroître un peu plus notre bonheur.)
Le morceau titre est encore une démonstration d'écriture de la part d'Illogic, que l'on sent véritablement habité par ses mots.
Hollow Shell, à la production surprenante et bancale, semble un peu plus anecdotique après une première partie d'album aussi intense.
Lesson In Love et son beat minimaliste réhausse le niveau avant le deuxième temps fort de cet album, First Trimester. Une production sombre mais efficace (un piano que n'aurait pas renié John Carpenter) met en valeur un texte hallucinant où Illogic en se basant sur un événement personnel (une ancienne petite amie enceinte de lui avorte sans lui en parler) nous livre un bijou d'écriture.
La production envoûtante de Live To Die ainsi que le featuring intéressant de Slug sur l'introspectif Stand nous transportent tranquillement vers le sample pop-folk de My World et le travail classico-symphonique de Blueprint sur le morceau de clôture de ce Celestial Clockwork.

Pour résumer un excellent album mettant en évidence d'une part le talent de producteur de Blueprint, véritable caméléon sonore, et d'autre part la plume poétique et le flow élastique d'Illogic. Fortement conseillé...

Chroniqué par Tibo
le 07/02/2005

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mar. 11/12 - Blog
Les oubliés de 2018
sam. 17/11 - Blog
Skence - Gravity
dim. 28/10 - Blog
Hibernis - Middle of the Meds
mer. 17/10 - Chronique
The Internet - Hive Mind
sam. 13/10 - Blog
FloatingArms - Loud Long Life
mer. 10/10 - Chronique
Zenzile - 5+1 : Zenzile meets JayRee
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters