Accueil | dMute

Princesse Rotative

: Fabuleuse Energie Féminine



sortie : 2004
label : Purée Noire
style : Breakcore / Noise

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Noyoki
02/ Deadcore
03/ M.Gunt A Capella
04/ Shina-Hi
05/ Rhina R
06/ Enragée
07/ Shinen-Gaki
08/ Spleen Mojojojo
09/ M.Gunt
10/ Screams for Scratch

+ 3 films d'animation

Après Michel Sardou et Julien Clerc, c’est à Princesse Rotative de rendre hommage aux femmes dans ce premier album auto-produit, signé par le collectif cannais Purée Noire. En effet, Princesse Rotative a sans doute été marqué par une petite sœur, une nièce ou une cousine dont le cri si expressif (pour ne pas dire aigu) lui décollait à chaque fois les tympans lorsque celui-ci était plus jeune. Il a donc retranscrit toute cette Fabuleuse Energie Féminine le long de dix titres de breakcore !

Princesse Rotative n’hésite pas à martyriser ses machines, pour offrir une série de rythmes extrêmes aux frontières du noise avant de calmer le jeu grâce à des phases ambient quelque peu obscures, voire glauques. Ainsi, sur NoYoki et Shina-Hi, c’est sur une guitare heavy et des rythmes indus que se superposent une pléthore de samples tirés de cartoons et de jeux de baston (vous vous souvenez de Chun-Li dans Street Fighter ? Shina-Hi doit être sa sœur !!!).
Le deuxième morceau est celui qui m’a permis de découvrir Princesse Rotative, puisqu’il figurait sur la compilation ID02 du label rennais Idwet aux côtés d’un autre adepte des sons extrêmes : Amnesie. Démarrant sur des breaks hip-hop et des scratches incisifs, Deadcore vous entraîne à 200 km/h sur des rivages indus destructeurs.
Hurlement, sur hurlement, vous vous aventurez dans un monde musical des plus étranges sur le titre Shinen-Gaki avant que ne retombe le calme plat. Le silence vous entoure, plus rien ne se passe, alors que tout semblait si tumultueux. Puis tout repart de plus bel, sans organisation apparente, et pourtant…
Du digipack à la musique en passant par les trois vidéos d’animation disponibles sur le CD, Princesse Rotative a su recréer un monde bien particulier et qui aurait sans doute mérité mieux qu’une distribution de main en main.

Moins extrême que Merzbow (mis à part peut-être un titre comme M.Gunt), il faut avouer que l’écoute de l’album d’une traite est assez écœurante pour une oreille non initiée à la musique noise. Pourtant, elle pourra déceler, j’en suis sûr, quelques passages assez jouissifs. Quant aux habitués des productions breakcore et noise ou du catalogue Digital Hardcore Recordings (label d’Alec Empire), ils y trouveront sans doute une réponse à leurs attentes en matière de musique extrême et originale à la fois.

Chroniqué par Antoine
le 06/02/2005

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 15/11 - Chronique
Protomartyr - Relatives in Descent
sam. 04/11 - Blog
#12 (deuxième partie)
mer. 01/11 - Blog
Igloohost - Neō Wax Bloom
mar. 24/10 - Blog
#21 : Oiseaux-Tempête
dim. 22/10 - Blog
NO NEW YORK (1978)
ven. 20/10 - Chronique
Dälek - Endangered Philosophies
dim. 15/10 - Blog
#12
mer. 11/10 - Blog
Dub Engine - Psychosteppa
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters