Accueil | dMute

Philippe Poirier

: Qu’est-ce qui m’a pris



sortie : 2004
label : Microbe
style : Rock

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ La carte postale
02/ La riviera
03/ Gouvernance
04/ Le grand filtre
05/ Je songe
06/ 206 os carrés
07/ Les murs blancs
08/ A bords perdus
09/ Qu'est-ce qui m'a pris
10/ Le cénotaphe
11/ Où nous étions
12/ Le lac

Avant même sa sortie, Qu’est-ce qui m’a pris, second album solo de Philippe Poirier, ne nous était pas totalement inconnu. Entendus ici ou là, La carte postale, Le grand filtre et Qu’est-ce qui m’a pris préludaient un successeur somptueux à Qui donne les coups, sorti il y a déjà sept ans.

Philippe Poirier a fait appel - excusez du peu - à Guy Bickel, à Pascal Benoit et à Marco de Olivera, ses complices de Kat Onoma, au brillant Stefan Schneider de To Rococo Rot, à l’incontournable Dominique A, auteur et chanteur de Gouvernance et enfin aux chevronnés Ronald Lippok et Bernd Jestram de Tarwater. Voilà qui peut expliquer la richesse de l’album, cette profusion éblouissante de sons et d’atmosphères, et son balancement indécis entre de subtiles "pop songs" enrobées de mélodies sucrées et des morceaux atmosphériques plus expérimentaux aux textes sibyllins.

La prime est toujours donnée aux textes. Philippe Poirier ne les chante pas, mais il ne se contente pas non plus de parler. Il s’exprime dans cet entre-deux qui fait tout l’intérêt de ses chansons. Il dit, un peu à la manière du Alain Bashung du magnifique L'Imprudence ou du Serge Gainsbourg de l'Histoire de Melody Nelson. Les intonations, le rythme de la voix acquièrent alors une force fabuleuse. Emprunts d’une poésie surréaliste, les textes, sensibles, évoquent tantôt la torpeur de la félicité (Je songe), tantôt la tranquillité de l’insouciance (Le grand filtre), tantôt les tortures de la mélancolique (La riviera)... sans oublier l’amour en toile de fond, celui qui fait mal et rend heureux.

L’écoute de Qu’est-ce qui m’a pris est souvent évidente, parfois exigeante, quand par exemple le sax se fait libère dans les tourments d'une improvisation débridée (206 os carrés). Chaque élément a été façonné et ajusté minutieusement aux autres pour reproduire l’harmonie. Sax alto, guitare, contrebasse et parfois une batterie s'appareillent à merveille. Les seuls regrets portent sur cette tendance à la réitération à l’infini de la même phrase instrumentale qui certes sert les textes mais gâte la mélodie et que seule la délicatesse d’une électronique foisonnante vient perturber.

Un album plutôt réussi qui contraste avec ce que la chanson française fournit habituellement et qui confirme tout le bien que nous pensions du label Microbe.

Chroniqué par dfghfgh
le 22/01/2005

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 17/10 - Chronique
The Internet - Hive Mind
sam. 13/10 - Blog
FloatingArms - Loud Long Life
mer. 10/10 - Chronique
Zenzile - 5+1 : Zenzile meets JayRee
mer. 03/10 - Chronique
Delgado Jones - Rain Forest
ven. 28/09 - Chronique
Tim Hecker - Konoyo
sam. 22/09 - Chronique
Thalia Zedek Band - Fighting Season
mer. 19/09 - Blog
Cyesm - Minorities
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters