Accueil | dMute

I Monster

: Neveroddoreven



sortie : 2003
label : Dharma
style : Electro / Pop / Baroque

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Some thing's coming
02/ Daydream in blue
03/ Hey Mrs.
04/ Everyone's a loser
05/ Heaven
06/ Who is she ?
07/ I missed you so
08/ Stobart's blues
09/ The Backseat of my car
10/ A scarecrow's tale
11/ These are our children
12/ The Blue wrath

Dean honer et Jarod Hesling, une bénédiction de plus venant de Grande-Bretagne.
Il est probable que ces noms ne vous disent rien mais les premières notes de Daydream in blue vous remettront vite les idées en place.
Propulsée dans nos oreilles grâce à la publicité, cette manipulation de Squares, du Beta Band, plus doucereuse et noire que son inspiratrice, restera le titre qui a place dans les charts anglais et présente à la France I Monster.

Cette galette est dépaysante. Baroque, parfois psychédélique, grimaçante, un poil rétro, surprenante. Chaque piste est une nouvelle couleur, un nouvel univers, souvent une foire aux samples.

Toujours grâce au petit écran et à ses coupures promotionelles incessantes, vous associerez très vite les premières notes de Hey Mrs à un constructeur automobile japonais et Heaven à d'autres douceurs lactées.
La première, rythmée et joyeuse, très entraînante. La deuxième, tout bonnement splendide.
Oui, Heaven, avec ses samples de boîte à musique et de voix angéliques, le bijou de cet album, feutrée, cotonneuse, enveloppante, nacrée, vocodée, idéale.

Impossible de faire l'impasse sur the Backseat of my car et son ambiance manoir hanté, un ersatz de Danny Elfman accompagne d'une jolie voix féminine au petit accent français, déroutante.

Changement de monde à nouveau avec These are our children, qui ressemble à une version cynique des Choristes, choeur d'enfants contre répartie adulte, mi sombre mi attendrissante. On retiendra également Who is she, reprise d'un bout de l'OST de Vengance of she, film d'horreur douteux de 68, languissante, Cells et son ambiance coucher de soleil gâché, et enfin everyone's a looser relativement entraînante compte- tenu du titre.

Tout ce meli-melo d'ambiances est joliment agrémenté d'interludes étranges comme The blue wrath et sa chansonette enfantine et cuivrée. Si vous avez la bonne idée d'écouter l'album jusqu'au bout, vous tomberez sur un morceau caché ressemblant fortement à du Add (n) To X dont Dean Honer à été le producteur.

Neveroddoreven est à l'image de sa cover, bizarre, coloré, dérangeant, mais étonnamment équilibré.
Un album palindrome.

Chroniqué par spud
le 10/01/2005

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



jeu. 25/05 - Chronique
Blonde Redhead - 3 O'Clock
lun. 22/05 - Chronique
Bethan Kellough - Aven
sam. 20/05 - Blog
Notilus - S/T
mer. 17/05 - Blog
Kara-Lis Coverdale : Grafts
jeu. 11/05 - Blog
Senbeï - NIN
lun. 08/05 - Chronique
Oxbow - Thin Black Duke
dim. 07/05 - Blog
Duster - Stratosphere (1998)
jeu. 04/05 - Blog
Näo - Duel
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters