Accueil | dMute

Wax Tailor

: Que Sera / Where my heart's at



sortie : 2004
label : Lab'Oratoire
style : Hip-hop orchestral

achat/téléchargement

Tracklist :
01/Opening
02/Que Sera
03/Damn that music made my day
04/Where my heart's at
05/Live from earth
06/Que Sera "Deux say remix"
07/Where my heart's at "WT in the days of old remix"
08/Where my heart's at "no vocal mix"

Second maxi pour Wax Tailor, et l'occasion pour l'artiste de poursuivre son crossover entamé avec Lost the Way. Première remarque : l'entreprise de JC Le Saoût se place en référence appuyée au patrimoine américain, qu'il s'agisse des musiques blacks ou du cinéma. Des disciplines "reformulées" sous la forme d'une mosaïque de samples, courant sur les huit titres ici proposés.

Comme son titre l'indique, ce nouveau teasing se base sur un dyptique : d'abord, Que Sera, une ballade soul recomposée, agrémentée d'une juxtaposition de dialogues, qui passe dans les oreilles comme un downtempo d'ambiance, air légèrement nostalgique, parfum éphémère. Dans un second temps, Where's my heart at, hommage revendiqué au hip-hop, ici sous une forme orchestrale, le refrain suivant l'équation "sample vocal + violon + xylo = gimmick accrocheur".

A la mesure du résultat, tout en évidence, presque tubesque à sa façon (la structure reste couplets/refrain), on se demande si, malgré la révérence adressée à la culture afro-américaine, il n'y a pas un problème éthique. En effet, et sans sombrer dans un discours réactionnaire contre l'utilisation du sample en général, on s'aperçoit que la partie essentielle de ces morceaux s'apparente parfois à un mégamix funk, avec en conséquence une originalité mineure - dans cette vision, autant écouter certains enregistrements live de turntablists. Les puristes dénonceront des samples trop faciles, "abusés", une essence du hip-hop un peu édulcorée en comparaison des Dj Shadow ou The Herbaliser, pour citer des compositeurs "orchestraux". En ce sens, il est à craindre que Wax Tailor se rapproche d'un RJD2 habile et fédérateur à défaut d'être inspiré. Voilà pour le bémol.

Heureusement, certains élements sont porteurs d'espoir : la présence des rappeurs The Others, qui viennent incarner Where's my heart at (comme Infinite Livez assurait le rap de Eye Drink sur le précédent EP), et accréditer dans leurs rimes la passion pour les Niggers With Attitude et autres Public Enemy ; et la volonté d'un vrai live, qui font espérer l'orientation vers un mode de production peut-être plus créatif, moins limité - comme ont pu se le permettre les Troublemakers sur leur dernier opus. Après donc l'exercice de style sampladélique en home-studio, agréable et qui peut attirer un large succès, on attend de voir émerger un talent français de hip-hop orchestral plus affranchi - c'est d'ailleurs aux beats les plus bruts (Live form Earth) qu'on adhère.

Chroniqué par Guillaume
le 24/12/2004

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
In the mood for life
(2009)
Atmosphériques
Hip-hop / Soul / Groove
Hope & Sorrow
(2007)
Atmosphériques
Hip-hop / Downtempo
Reportage
(26/05/2007)
@ VIP
Tales of the Forgotten Melodies
(2005)
Lab'Oratoire
Abstract Hip-hop
Lost the way
(2004)
Lab'Oratoire
Downtempo orchestral / Hip hop



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



sam. 22/09 - Chronique
Thalia Zedek Band - Fighting Season
mer. 19/09 - Blog
Cyesm - Minorities
ven. 14/09 - Chronique
Low - Double Negative
mar. 11/09 - Chronique
Animal Collective - Tangerine Reef
mer. 15/08 - Chronique
The Necks - Body
jeu. 09/08 - Chronique
Pram - Across the Meridian
jeu. 26/07 - Chronique
Ian Hawgood - 光
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters