Accueil | dMute

Michael J. Schumacher

: Stories



sortie : 2004
label : Quecksilber
style : Electronica

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Still
02/ Two, Three and Four Part Inventions
03/ Room Pieces New York
04/ Untitled

Compositeur ayant autant investi le champ de la musique contemporaine que celui de la musique électronique, Michael J. Schumacher nous offre à écouter, dans Stories, quatre pièces de son domaine de prédilection : l’art sonore. Depuis 1996, chacune de ses installations new-yorkaises sert la haute couture de la haute fidélité, toujours impeccable. Stories, dont le postulat de départ est la superposition de sons de provenances diverses, ne déroge pas à la règle.

Still, d’abord, où au matériau sonore de départ, Schumacher ajoute progressivement des couches de nappes répétitives programmées, de chants d’oiseaux, ou de musique concrète assimilée. Traversée de temps à autre par de courtes et violentes plaintes de violoncelle ou de violon, l’ambient sombre ici créée, si elle anime des angoisses sous-marines, en arrive d’autant mieux à toucher profondément qui l’écoute.

Pièce électronique lorgnant du côté de la musique contemporaine, Two, Three and Four Part Inventions est l’histoire d’une lutte. Celle que se livrent, à coups de déclamations éclairs, bois et cuivres, percussions et voix. Les instruments rappellent Berio, les vocalises les chants inuits. Parmi eux, un orgue seul refuse le jeu court, et rejoue quelques notes pour en faire sa complainte.

L’installation suivante, Room Pieces New York, persiste, et signe le portrait d’un Schumacher hanté par l’eau et les voix. L’atmosphère sombre, qu’aggrave encore l’incapacité des nappes musicales et des voix à interagir, se déploie à une allure différente, et doit son salut aux bulles d’air que créent les interventions d’une guitare électrique et de percussions rassurantes.

Sur plus d’une trentaine de minutes, court Untitled. Là encore, une opposition : celle d’un piano classique et d’un copié collé d’un enregistrement de Caetano Veloso, récitant un poème de Campos (Días). S’y succèdent un piano au jeu atmosphérique, proche de celui de Nyman, et la voix du Brésilien, sur fond bruitiste - d’origine - de guitare électrique saturée. Morceau subtil et décalé, intelligent et sensible, Untitled est sans doute l’archétype de la musique que Schumacher défend avec brio dans Stories, celle, unique et manifeste, d’une ambiant en lutte.



Chroniqué par Grisli
le 27/11/2004

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



sam. 18/03 - Blog
King Crimson - Starless (1974)
sam. 11/03 - Blog
Zenzile - Elements
ven. 03/03 - Blog
Al' Tarba - La Nuit se Lève
mar. 28/02 - Chronique
Andy Shauf - The Party
sam. 25/02 - Chronique
Wooden Veil - Wooden Veil
lun. 20/02 - Blog
Mahom - Fell in
sam. 11/02 - Chronique
Taylor Deupree - Somi
mer. 08/02 - Blog
Stepart - Playground
dim. 22/01 - Blog
dMute recrute
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters