Accueil | dMute

TTC

: Bâtards Sensibles



sortie : 2004
label : Big Dada
style : Hip-hop / Electro

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Ebisu Rendez Vous
02/ Dans Le Club
03/ Le Chant Des Hommes
04/ Du Sang Sur Le Dancefloor
05/ Catalogue
06/ J'ai Pas Sommeil
07/ Rap Jeu
08/ Latest Dance Craze ft. Busdriver & Radioinactive
09/ Girlfriend
10/ Bâtard Sensible
11/ Codeïne
12/

«Tha Game Will Neva Be The Same». Si la formule peut faire sourire, difficile de nier sa pertinence pour présenter le deuxième album de TTC. Certes, la sortie de Dans le Club et la participation de Tekilatex et Cuizinier sur Beat Down avaient donné un avant-goût du changement à venir. Mais rien n’avait préparé la scène hip-hop/electro française à un tel vent de fraîcheur et de controverse.

Une fraîcheur qui se veux d’abord instrumentale, grâce aux deux «nouvelles» recrues de la maison, les omniprésents Para One et Tacteel. Au sommet de l’édifice, Para One ne cesse d’enfiler les perles, en colorant ce Bâtards Sensibles de sonorités électroniques riches en modulations de toutes sortes : basse lourde et synthétique (Dans le club), sonorités grime (Du sang sur le dance-floor) et réminiscences eighties (Le chant des hommes), qui se conjuguent en apothéose sur le sublime J’ai pas sommeil. Tido, de son côté, se la joue dirty south (Rap Jeu) et revisite le carnaval caraïbéen avec brio (Latest Dance Craze), pendant que Tacteel se fait remarquer avec les clicks & cuts de Ebisu Rendez-Vous et lâche le morceau de booty que tout le monde attendait (Girlfriend), scratches d’Orgasmic à l’appui.

Poussés en avant par le travail de leurs beatmakers, les trois rappeurs suivent instantanément la tendance, en modelant leur flows et en affirmant leur personnalités à mesure que le disque évolue. Gangster jusqu’au-boutiste, Cuizinier collectionne ainsi les punchlines et fait preuve d’une assurance surprenante, pour mieux dévoiler son charme latin sur les confessions de Bâtard Sensible. De son côté, Tido a gagné en clarté, malgré une tendance récurrente à se perdre dans ses propres couplets, comme sur la fin de Du sang sur le dance-floor. Tekilatex, enfin, s’approprie la grande partie de l’album par son charisme et son audace. Flow ultra-rapide sur les percussions de Latest Dance Craze, air disco-pop sur Le chant des hommes et refrain possédé le temps d’un Bâtard Sensible faussement sirupeux, le mc élevé à l’hélium dévoile également tout son talent d’écriture dans les parties plus intimistes que sont Ebisu Rendez-Vous ou J’ai pas sommeil.

Cependant, c’est justement cet effort de composition qui se trouve au cœur de la controverse. Les grincements de dents ont fusé à l’écoute de Girlfriend, et l’ambiguïté de l’hommage chuchoté sur Du sang sur le dance-floor n’a évidemment pas arrangé la situation. Principale composante du problème, l’effort du groupe à tendre vers une forme de neutralité verbale qui crée inévitablement une diversité d’interprétations. De ce fait, certains verront dans les paroles de Girlfriend une misogynie gratuite, alors que d’autres les écouteront comme un hommage déguisé au rap façon dirty south et à Detroit Grand Pubahs.

Reste ainsi à choisir votre camp dans cet album où, comme le rappelle Rap Jeu, vous êtes l’anti-héros. Un choix moins ardu qu’il n’y paraît, car derrière l’apparente lourdeur des textes de Bâtards Sensibles se cache un exercice de style tout en finesse, qui confirme la qualité de ce disque à la fois en avance sur son temps et débordant de nostalgie.


Chroniqué par David Lamon
le 16/11/2004

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Dans le club (ep)
(2004)
Big Dada
Electro / Hip-hop
Ceci n'est pas un disque
(2002)
Big Dada
Hip-hop délirant
Leguman ep
(2000)
Big Dada
hip-hop / electro experimental



1 commentaire

par Roxane (le 21/10/2007)
TTC, "on aime ou on aime pas". Je suis pas vraiment d'accord avec ce genre d'affirmations qu'on entend quelques fois, et cet ovni mérite d'être un peu plus analysé. Je pense que certains morceaux vont trop loin et se complaisent dans la vulgarité. C'est vraiment dommage car le son est bon, et vu les prouesses que Tekilatex et Para One ont accomplies dans d'autres projets, je suis d'autant plus déçue, surtout quand on entend de la part des jeunes, qui se forcent à écouter ce genre de trucs (à la manière des "fans" de true Metal bourrin) que TTC incarne l'alternative rap. Il y a tellement mieux. A mon avis, sans Cuizinier, ça aurait été vachement mieux.
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



sam. 17/11 - Blog
Skence - Gravity
dim. 28/10 - Blog
Hibernis - Middle of the Meds
mer. 17/10 - Chronique
The Internet - Hive Mind
sam. 13/10 - Blog
FloatingArms - Loud Long Life
mer. 10/10 - Chronique
Zenzile - 5+1 : Zenzile meets JayRee
mer. 03/10 - Chronique
Delgado Jones - Rain Forest
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters