Accueil | dMute

Duuster

: Habitat



sortie : 2004
label : M-Tronic
style : IDM / Electronica

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Hoover Corone
02/ Amand - Offset
03/ Amand - Arc
04/ Amand - Set.0
05/ Het Freudvliegje
06/ Bossa Noir
07/ DPI to BPM
08/ Daisy Deci
09/ Knodds (Nod Step)
10/ Duuster en Donker (Funckarma Mix)
11/ Bossa Nuevo (Emotional Joystick Mix)

"Tiens ! Un nouvel artiste. Electronica et IDM.
- Ah... Chez qui ?
- M-Tronic.
- Ok, je vais jeter une oreille. Après tout, 'y a du sang neuf dans la boutique des deux Laurent".

Ce dialogue (presque) imaginaire entre moi et moi est, en outre, une perte de temps certaine et un très bon moyen de se laisser gagner par l'envie de ne plus se tenir au courant des évolutions de la scène électro. Après avoir écouté Habitat, on se rend compte que c'est une habitude à bannir car les surprises (et c'est un peu le principe de la chose) arrivent toujours lorsqu'on ne s'y attend pas. Entre ceux qui passent le plus clair de leur carrière à faire des remixes et ceux qui, malgré une production claire comme de l'eau bénite, n'arrivent jamais à introduire la moindre originalité, il y a des gens comme Duuster. La révolution, on n'en est pas encore là, mais Habitat fait partie de ces albums qui, même s'ils ne tournent pas en boucle sur les platines, obtiennent une place de choix dans le coeur des afficionados. On dit parfois "Le mieux supplante le bien". Cependant, le lien entre les "maîtres" et les "élèves" (il faut toujours faire des comparaisons en ce moment, à croire que les nouveaux talents n'ont aucune personnalité...) est bien mince. L'interêt et la véritable évolution (si évolution il y a) n'est pas dans la recherche bornée de faire "aussi bien que", mais certainement plus dans une optique personnelle déterminée. "A ma façon", en quelque sorte.

L'album de Duuster n'est, ni plus ni moins, qu'une succession de morceaux extrêmement agréables à écouter, d'une grande précision sonore, d'une véritable fraîcheur (tant au niveau de l'approche musicale pure que de la structure de composition propre) et d'un savoir-faire éclatant. Parallèlement, il devient de plus en plus dur de classer la musique, en lui attribuant un genre. Alors plutôt que de balancer avec ingratitude une poignée de termes fonctionnels et rebattus sans grand intêret ("C'est de l'electronica - Ca me fait une belle jambe"), reste la description "sensitive" qui demande, certes, un peu plus de temps et d'investissement, mais dont les résultats font encore leurs preuves.

Premier constat, le CD s'écoute d'une traite. A aucun moment l'auditeur n'est tenté de sauter un titre ou de jouer uniquement ses préférés. L'explication est simple : tout du long, Ton a concentré son attention sur les changements d'ambiances, évaluant avec sagesse les périodes dures et les cycles plus calmes, presque ambients. Et pourtant, rien n'est simple de prime abord. Les grooves sont concassés, déstructurés, oscillants parfois entre le lourd et rugueux, machinal et hypnotique, pour mieux plonger dans une forme de brusque ralentissement, freinant inexorablement la rythmique jusqu'à la rendre totalement amorphe et dénuée de consistance.
Linéaire ? Mot inconnu ici. Et ça, c'est également un secret de réussite. Cherchez des loops si ça vous amuse, rarement le son n'aura semblé aussi vivant et métamorphique. Du détail, ce n'est pas ce qui manque non plus. Un vrai régal pour les oreilles qui n'en finissent plus d'être prisent à parti par un glitch stridulent, un click sournois et piquant, un craquement charnu proche du bio-mécanique, etc. Et tout ce petit monde se mélange, s'enchevêtre, se perfore et se désolidarise en toute liberté. Ou comment dompter le chaos ? Il ne faut pas négliger l'aspect mélodique des morceaux, lui aussi omniprésent bien que de second plan, comme une enveloppe mouvante. Ni sombres à l'extrême, ni mièvres et simplistes, les nappes de clavier parachèvent l'ensemble, tantôt contemplatives et cosmiques, tantôt huileuses ou acqueuses. Légereté et circonspection.
A noter deux remixes en fin de prod. Celui orchestré par Emotional Joystick est une pure merveille, plein d'émotions et d'atmosphères variantes.

Il n'y aura pas de nouveau Autechre, qu'on se le dise. En revanche, la musique électronique à encore de longs et beaux jours devant elle. Mesdames, Messieurs, et les autres, voici venue l'ère des mutants. Bonne nouvelle, non ?

Chroniqué par Yragael
le 15/10/2004

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 18/06 - Chronique
Daniel Menche - Sleeper
jeu. 15/06 - Chronique
The Necks - Unfold
mer. 07/06 - Blog
Hugo Kant - Out of Time
sam. 27/05 - Blog
Equipe de Foot - Chapka
jeu. 25/05 - Chronique
Blonde Redhead - 3 O'Clock
lun. 22/05 - Chronique
Bethan Kellough - Aven
sam. 20/05 - Blog
Notilus - S/T
mer. 17/05 - Blog
Kara-Lis Coverdale : Grafts
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters