Accueil | dMute

Prince Po

: The Slickness



sortie : 2004
label : Lex Records
style : Hip-hop

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Hello
02/ Too Much
03/ Love Thang (feat. Stone)
04/ It's Goin' Down (feat. Stone)
05/ Hold Dat (feat. Jemini & Rell)
06/ Social Distortion (feat. MF Doom)
07/ The Slickness
08/ Grown Ass Man
09/ Bump Bump (feat. Raekwon)
10/ Meet Me at that B

Ancienne gloire de l’underground au sein du groupe Organized Konfusion, Prince Po revient en grandes pompes avec un album conviant des artistes aussi prestigieux que Madlib, Danger Mouse ,Jel, J-Zone à la production et MF Doom, Jemini ou encore Raekwon en guise de featurings. Un casting relevé par la présence du trublion Richard X, dont le travail sur le maxi Hold Dat avait constitué un savoureux apéritif sur les dance-floors, faisant de The Slickness un des albums les plus attendus de cette rentrée.

Une attente qui s’achève cependant sur un sentiment de déception, tant ce premier opus de Prince Po tombe trop rapidement dans l’anecdotique, malgré quelques incontestables réussites. On se laisse donc charmer par la SP1200 de Jel sur le sympathique Hello ou par le beat décalé de J-Zone le temps d’un It’s Goin DownPo lâche quelques rimes bien syncopées, et le gargantuesque Hold Dat fait toujours son petit effet. Mais la majorité des titres de The Slickness ne parviennent pas à éviter les clichés du genre, comme le prouvent le beat façon K2000 de l’explicite Bump Bump ou encore la guitare suave de Love Thang, titre produit par un Danger Mouse bien moins inspiré qu’à l’accoutumée. Madlib ne se surpasse pas non plus avec Too Much ou The Slickness, en proposant deux instrus tout juste correctes, dans un registre jazzy dont les samples de films de kung-fu font immédiatement penser à la majorité des titres du Wu-Tang.

De son côté, Prince Po ne parvient pas à tirer profit des productions de ses compères, en privilégiant un flow semi-classique déviant parfois vers des phrasés moins linéaires et, osons le dire, plutôt ennuyeux. Une impression qui se fait d’autant plus sentir avec les interventions de MF Doom ou Jemini, qui laissent leur hôte loin derrière eux. Certains couplets de Po amènent tout de même un peu de fraîcheur, notamment sur Too Much ou Hold Dat, et l’ancien MC d’Organized Konfusion balance toujours quelques phases d’egotrip bien senties sans avoir à rougir non plus derrière un sampler. Mais ces rares éclats ne parviennent pas à masquer les points d’ombre d’un disque trop inégal pour envisager une quelconque longévité.

Au final, The Slickness pèche donc par un sentiment gênant de déjà-entendu et une tendance à hésiter entre les expérimentations caractéristiques de Lex et un registre plus traditionnel. Le résultat se révèle ainsi boiteux et risquera de déplaire aux amateurs du sous-label de Warp, mais pourra toutefois intéresser les nostalgique de l’underground des années 90. A condition que ces derniers n’espèrent pas trouver là le classique tant attendu de Prince Po

Chroniqué par David Lamon
le 06/10/2004

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



sam. 17/11 - Blog
Skence - Gravity
dim. 28/10 - Blog
Hibernis - Middle of the Meds
mer. 17/10 - Chronique
The Internet - Hive Mind
sam. 13/10 - Blog
FloatingArms - Loud Long Life
mer. 10/10 - Chronique
Zenzile - 5+1 : Zenzile meets JayRee
mer. 03/10 - Chronique
Delgado Jones - Rain Forest
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters