Accueil | dMute

Lithops

: Scrypt



sortie : 2003
label : Sonig
style : IDM / Abstract / Expérimental

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Generator
02/ Self-Stencil
03/ Thrash Application
04/ Graind
05/ T O
06/ Play Through
07/ Attached
08/ Insections
09/ Folio Final
10/ Shift in Structure
11/ Arcart

Que les amateurs de musique expérimentale s'accrochent bien à leur pantalon ! Parce que Lithops fait desormais craquer du prosss... Tous matériaux y passent et Monsieur St Werner a plus d'un potentiomètre dans son sac.

Côté présentations, Jan St Werner n'est autre que la moitié de Mouse on Mars et de Microstoria qu'il compose avec Markus Popp de Oval. On retrouve chez Lithops sa touche unique qu'on affectionne, explorant davantage ici le versant expérimental. Il est aussi l'un des créateurs et gérant du label Sonig qui produit sa musique. La liste des autres collaborations parallèles qu'il mène de plein fouet est longue. Etonnant personnage au dynamisme déconcernant.

On connait de lui ce son doux aux textures cottoneuses un peu rapeuses, plein d'émotion associé à tout cet univers de petites bêtes qui croustillent, créant un joli monde mystérieux bien personnel et subtil reconnaissable entre mille. Puisque rien ne vous effraie ni même les parallelismes déconcertants, je me permettrais même d'associer Jan St Werner à Thelonious Monk en son temps.

Globalement, l'album Scrypt propose une grande variété de sons organiques harmonisés, agencés de manière fluide et presque liquide, mélée à une forte tendance punk, constituant une atmosphère chaotique agréable en perpétuelle mouvance. Lithops ne se répète pas deux fois. L'autre particularité de ce disque est la figuration de nombreux instrumentistes, qu'il est souvent difficile de distinguer à l'écoute tellement le résultat est blindé de process.

Coté tracks, Generator est une introduction coup de boule, cisaillée, craquelante, défoncée à l'aiguille dans laquelle une rythmique pêchue relève la tête de l'eau tant bien que mal. On reconnaitra davantage la touche habituelle de Lithops dans les tracks qui suivent, aux harmonies très soignées et doux timbres de plus en plus travaillés. La ryhtmique s'installera progressivement à partir de la track 6, Play Through, qui enchaîne de manière indescriptible et remarquable tant il est rare d'entendre une telle construction cohérente. Un morceau rock'n'roll pour non puristes. On remarquera l'intervention du bienvenu FX Randomiz usant à merveille des filtres FFT sur la track Attached : un morceau entrainant composé de multiples strates dont la couche basse est une infrabasse indépendante du kick. Le morceau suivant Insections constitue un univers résonnant qui abrite une bien jolie rythmique au timbre métallique. Le voyageur traversera multiples univers sonores avant de finir sur une mélodie entrainante évoquant une civilisation ancestrale... très intéressant.

Oreilles formattées s'abtenir.

Chroniqué par téton
le 23/09/2004

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



ven. 20/10 - Chronique
Dälek - Endangered Philosophies
dim. 15/10 - Blog
#12
mer. 11/10 - Blog
Dub Engine - Psychosteppa
mar. 03/10 - Blog
Bonnie Li - Plane Crash
lun. 25/09 - Blog
Feldub - Class War
jeu. 21/09 - Blog
Ease the Soul - Unconscious
ven. 15/09 - Interview
Interview avec Ruelgo
ven. 25/08 - Chronique
Grizzly Bear - Painted Ruins
dim. 20/08 - Chronique
Lawrence English - Cruel Optimism
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters