Accueil | dMute

Shane Cough

: Deligh in Disorder



sortie : 2000
label : Ultra Violet
style : Rock / électro / trip-hop / hardcore

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ L'aiguille
02/ Carnal Desire
03/ Slaughter in Pleasantville
04/ Ode to the Sandman
05/ Clarence Pier
06/ In possession of Psychokillers
07/ Autopsy of a Metallic Doze
08/ Smother You
09/ Japanese Tea Ceremony
10/ Beyond My Reflexion

Shane Cough, rennais d'origine, avec son premier album Delight in Disorder dévoile de multiples facettes. Là où The Prodigy avait réussi le "pari", à l'époque de Fat of the Land, de réunir les punks les plus acharnés et les teufeurs les plus extasiés en un même lieu pour s'adonner à des sauvageries punkoïdes, Shane Cough réitère l'opération en y ajoutant un public assez particulier, celui des cinéphiles "glauques". En effet pour éviter de sectariser ce groupe, leur inspiration, en plus d'être éclectique musicalement (Atari Teenage Riot, Nine Inch Nails, PJ Harvey, Primal Scream), recoupe le monde du cinéma (Argento, Carpenter, Fincher, Lynch). Ainsi le groupe n'hésite t-il pas à extraire des samples de films, le plus souvent d'épouvante, voire à les bidouiller ou à en produire des faux faits maison.

Cette approche musicale donne à chaque morceau de Delight in Disorder, prédominé par les machines, la particularité d'être un mini scénario en soit, ce qui pourrait faire de cet album une B.O. digne des meilleurs films de "cinglés". Dès la première écoute, Shane Cough donne l'impression d'agir selon ce concept, et cela lui réussit plutôt bien. Les ambiances aussi enivrantes, terrifiantes que psychotiques (Smother You) s'enchaînent et s'entremêlent à un rythme effréné le plus souvent à l'aide d'effets tant au niveau du chant de Marianne, qu'au niveau des guitares. Ainsi il n'est pas difficile d'imaginer une scène de poursuite (Slaughter in Pleasantville... "Who's there? Who's there?"), une scène de tuerie (Japanese Tea Ceremony) ou encore une scène finale où cette déflagration qu'est l'album laisserait place à une vision de désolation avant de disparaître dans le néant (Beyond My Reflexion).

En plus de délivrer un album d'une énergie que l'on aimerait retrouver plus souvent, Shane Cough montre également une maîtrise des ambiances sur un autre support qu'est la vidéo (court-métrage : Oxygen, valeur morte par Clément Tuffreau). Vous savez ce qu'il vous reste à faire si la soif de découverte vous anime... à bon entendeur.


Chroniqué par Ashtray
le 23/09/2004

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Intraveineuse
(2005)
Enragé
Electro-rock



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



ven. 15/09 - Interview
Interview avec Ruelgo
ven. 25/08 - Chronique
Grizzly Bear - Painted Ruins
dim. 20/08 - Chronique
Lawrence English - Cruel Optimism
mer. 16/08 - Chronique
Shannon Wright - Division
mer. 02/08 - Blog
Cornelius - If You're Here
lun. 24/07 - Chronique
Ici et Lui - Punk Prodige
mar. 18/07 - Chronique
Toàn - Histós Lusis
ven. 14/07 - Blog
The Doppelgangaz - Dopp Hopp
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters