Accueil | dMute

Utabi

: Manchurian Candy



sortie : 2004
label : Adaadat
style : Electronica / 8 Bit

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Windo05
02/ Crackbank cheese
03/ Kmoizcarkt shoimse back
04/ Three tennies
05/ Lighpotllution
06/ Doll-shape-automaton
07/ Turntable utabied
08/ Yorange peel
09/ Manchurian candy
10/ Wave ladder
11/ Set her eyes xochipilli
12/ Mogood
13/ F

Adaadat : soit le mot norvégien pour désigner les « sacrifices humains au diable » : tout un programme... auquel Utabi Hirokawa participe pleinement à coups de compositions énigmatiques, de structures éclatées et de second degré salutaire.

Fort d’un premier album (Chiped Plastic) sorti chez Kamashimo, le nippon remet une couche, s’attaquant de front au classicisme pesant des productions habituelles, suivant ainsi le chemin tracé par son compagnon de label Jason Forrest aka Donna Summer (certainement LA révélation des Transmusicales 2003), autre trublion survolté d’une électronique bâtarde et énergisante.
8 bit, breakbeat, drill’n’bass, idm … les courants les plus novateurs et percutants de la musique électronique se télescopent ici avec en toile de fond des mélodies tour à tour naïves et kitsch, obsessionnelles et raffinées, Hirokawa n’hésitant pas à faire le grand écart entre les styles, piochant joyeusement et sans vergogne dans le répertoire classique japonais ou s’immisçant dans une pop totalement revisitée.

Fortement marqué par les 80’s et les sons des premiers PC, Utabi parvient à conférer à sa musique une aura particulière où résonne en écho et dans un même élan second degré et complexité, gage d’une somme de connaissance musicale assimilée à merveille. Le japonais se fait et nous fait plaisir en cédant plutôt aux sirènes d’un dancefloor déluré qu’aux sombres et obscures productions qui pullulent dans cet univers mécanique.

Adepte de collages improbables, de cuts impossibles, de digressions étourdissantes et de mélodies réussies, Manchurian Candy réussit le pari de satisfaire à la fois les aficionados de « musique cérébrale » et les drogués du « dancefloor atypique », soit de l’idm dans toute sa splendeur, avec ce qu’il faut de vintage et de modernité pour conférer à cet opus un goût sucré-salé imparable.

Une bonne grosse claque bienfaitrice qui réveille les neurones et stimule les hormones … Il n’y a pas de mal à se faire du bien.

Chroniqué par Oropher
le 06/09/2004

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 22/10 - Blog
NO NEW YORK (1978)
ven. 20/10 - Chronique
Dälek - Endangered Philosophies
dim. 15/10 - Blog
#12
mer. 11/10 - Blog
Dub Engine - Psychosteppa
mar. 03/10 - Blog
Bonnie Li - Plane Crash
lun. 25/09 - Blog
Feldub - Class War
jeu. 21/09 - Blog
Ease the Soul - Unconscious
ven. 15/09 - Interview
Interview avec Ruelgo
ven. 25/08 - Chronique
Grizzly Bear - Painted Ruins
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters