Accueil | dMute

Nitrada

: We Don't Know Why But We Do It



sortie : 2004
label : 2nd Rec
style : Electro-pop / click'n'cuts

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ The Only Solution
02/ Everything Is Not Alright
03/ We Don't Know Why But We Do It
04/ Fading Away
05/ No. 4
06/ Old Love, New Idea
07/ I Fear: Good.
08/ Like a Souvenir
09/ Start Today

We Don't Know Why But We Do It est le nouvel album de l'allemand Christophe Stoll alias Nitrada. Un univers mélancolique et paisible y est développé à travers une electronica suave, agrémentée d'instruments accoustiques offrant une dimension humaine et émouvante à l'ensemble.
Ainsi pour accompagner les machines, guitares, piano et autre batterie sont samplés (les guitares étant jouées live sur quelques morceaux par Jukka Reverberi et Corrado Nuccini de Giardini de Miro). Le chant fait aussi son apparition chez Nitrada, notamment par l'intermédiaire de Kaye Brewster et Nina Sophie Schwabe qui prêtent leurs voix avec brio sur les très réussis Fading Away et Like a Souvenir.
N'ayons pas peur du mot, la pop est très représentée dans l'electronica de Nitrada, par ses mélodies douces et simples, ses métissages naturels, un résultat abordable et adorable tout simplement.

Cette magie se développe sur neuf actes, tous plus agréables les uns que les autres.
Everybody is not Alright : un piano et sa mélodie mystique, un petit click'n'cuts, et tout cela s'enchaine par un beat plus pressant, des sons étranges, comme une brosse à dent dans le mauvais sens et que vous frottez sur les molaires. Malaise et fascination.
Old Love, New Idea : des violons tristes à en pleurer qui montent encore et encore, jusqu'à atteindre la racine de vos cheveux, puis un énorme breakbeat entre giffle et caresse vous ramone l'esprit. Une baffe cérébrale.

Beats et sons sont très travaillés, ainsi après une bonne dizaine d'écoutes, on ne se lasse pas de cet album. Une chanson comme Fading Away, qui a la beauté d'un trip-hop réussi et la richesse d'une electronica complexe, ne fait que renforcer cette impression de perfection.
Même si certains détracteurs parleront d'originalité manquante, de prise de risque inexistante... Oui, et alors ? Cet album est un petit bijou, beau et précieux, il devrait se faire une jolie place dans votre discothèque, pas loin de Mùm et de Matt Elliott.

Chroniqué par BobtomPerchu
le 22/08/2004

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
0+
(2002)
2nd Rec
Electronica



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



sam. 18/03 - Blog
King Crimson - Starless (1974)
sam. 11/03 - Blog
Zenzile - Elements
ven. 03/03 - Blog
Al' Tarba - La Nuit se Lève
mar. 28/02 - Chronique
Andy Shauf - The Party
sam. 25/02 - Chronique
Wooden Veil - Wooden Veil
lun. 20/02 - Blog
Mahom - Fell in
sam. 11/02 - Chronique
Taylor Deupree - Somi
mer. 08/02 - Blog
Stepart - Playground
dim. 22/01 - Blog
dMute recrute
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters