Accueil | dMute

El-P

: Fantastic Damage



sortie : 2002
label : Definitive Jux
style : Hip Hop experimental

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Fantastic Damage
02/ Squeegee Man
03/ Deep Space 9mm
04/ Tuned Mass Damper
05/ Dead Disnee
06/ Delorean
07/ Truancy
08/ The Nang, The Front, The Bush and The Shit
09/ Accidents Don't Happen
10/ Stepfather Factory
11/ T.O.J.
12/ Dr. Hellno

Je m’en souviens comme si c’était hier : je sors de chez mon disquaire favori en tenant enfin le tant attendu Fantastic Damage entre mes mains, sans être passé par aucun des stades préliminaires en vigueur. Il faut dire que j’avais alors une entière confiance en El-P, producteur attitré des deux disques de Company Flow et du superbe The Cold Vein pour Cannibal Ox. Pourtant, après trois écoutes attentives, le verdict tomba aussi sec : le premier album du bonhomme ne passe pas, enfin pas comme je me l’imaginais.

Exit en effet l’atmosphère épurée et intrigante des premiers travaux d’El-P, Fantastic Damage donne ouvertement dans la surenchère, en superposant un nombre incalculables de couches sonores, d’idées et de réminiscences en tout genre. Une densité qui certes impressionne au premier abord, mais tombe trop vite dans un magma complexe et, osons le dire, dérangeant. Un jugement fondé en partie au travers des sifflements «ventoliniens» d’Accidents Don’t Happen et du beat surchargé de Lazerfaces’ Warning, qui poussent à utiliser sans remord la touche «avance rapide» de la télécommande. Désabusé, je mets le disque de côté en m’efforçant de repenser à ses moments les plus marquants, comme la fin aérienne de Truancy, l’atmosphère apocalyptique qui se dégage de l’imparable Deep Space 9mm et le couplet assassin d’Aesop Rock sur l’efficace Dolorean. Et la pochette est belle, éloquente, colle même parfaitement à la musique d’El-P, de par son caractère sinueux et torturé. Mais cela ne suffit pas.

Le temps passe… Je ressors souvent Fantastic Damage de ma discothèque, persuadé dans ma frustration de ne pas l’avoir encore compris. Pourtant ça ne vient toujours pas, malgré les qualités évidentes de cet opus. Premièrement, la production d’El-P a tout de même conservé cette touche de mystère, cette fine couche de brume spatiale qui avait fait la renommée de Funcrusher Plus, comme le prouvent les cuivres épais de Tuned Mass Damper et le beat caverneux et introspectif de Stepfather Factory. Ensuite, si l’intéressé semble parfois hésitant sur son flow, il ne manque pas de proposer à son auditeur des textes d’une grande richesse, oscillant entre la critique sociale de Deep Space 9mm (Existence on the fringes and such. my generation make friends with slugs, thank god for the drugs and drums, tell history that I'll be right here hiding from guns) ou de Dead Disney et les blessures infantiles récitées sur Stepfather Factory. Last but not least, El-P parvient à transmettre peu à peu ses angoisses concernant l’évolution du monde qui l’entoure, et en premier lieu d’un New York qui n’aura jamais paru aussi froid et oppressant, à l’image des samples et de la distorsion utilisés par l’artiste sur des morceaux tels que The Nang, the Front, The Bush and The Shit ou encore l’excellent Squeegee Man Shooting.

Mais la première impression persiste : El-P en fait trop et prend même des airs de démagogue lorsqu’il scande ce «Motherfucker, did I sound abstract? I hope it sounded more confusing than that» ou en reprenant le loop déjà utilisé pour le Vein de Cannibal Ox sur Delorean. Malgré tout, Fantastic Damage reste un album d’exception, gavé d’audace et d’interrogations auxquelles l’ancien pilier de Company Flow pourrait bien répondre avec son prochain opus, dont la sortie sera encore plus attendue que par le passé. Car il est certain qu'El-P peut encore mieux faire...

Chroniqué par David Lamon
le 22/08/2004

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
High Water
(2004)
Thirsty Ear
Jazz/hip-hop



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



jeu. 20/04 - Chronique
Arto Lindsay - Ciudado Madame
mar. 11/04 - Chronique
Jacaszek - KWIATY
mar. 04/04 - Blog
Chrono.fixion - 2016
sam. 18/03 - Blog
King Crimson - Starless (1974)
sam. 11/03 - Blog
Zenzile - Elements
ven. 03/03 - Blog
Al' Tarba - La Nuit se Lève
mar. 28/02 - Chronique
Andy Shauf - The Party
sam. 25/02 - Chronique
Wooden Veil - Wooden Veil
lun. 20/02 - Blog
Mahom - Fell in
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters