Accueil | dMute

Blackalicious

: Nia



sortie : 1999
label : Quannum
style : Hip-hop

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Searching
02/ The Fabulous Ones
03/ Do This My Way
04/ Deception
05/ A to G
06/ Cliff Hanger
07/ Shallow Days
08/ Ego Trip by Nikki Giovanni
09/ You Didn't Know That Though
10/ If I May
11/ Dream Seasons
12/ Trouble (Eve of Destruction)
1

Au terme d’une décennie éminemment prolifique pour le hip hop indépendant, les disques atypiques et barrés ne cessent alors de se multiplier sous l’impulsion des Mush, Big Dada et autres Anticon. Il existe cependant un collectif répondant au nom de Quannum Projects qui s’efforce de faire avancer le genre en continuant de piocher dans les classiques de la black music. Crate Diggers dans l’âme, ses principaux représentants se nomment Dj Shadow, Latyrx et surtout Blackalicious, dont le premier album fit l’effet d’une tornade dans toute la Bay Area.

Il faut tout de même préciser que le groupe en question – composé du producteur Chief Xcel et du MC Gift of Gab - avait considérablement préparé le terrain avec quelques maxis de haute facture tels que Melodica ou le tubesque A to G. Mais rien ne laissait présager une telle réussite. Car, osons le dire d’entrée, Nia est un disque quasi parfait, de par sa diversité et avant tout grâce à la complémentarité de ses deux protagonistes. Une affirmation qui s’impose d’entrée de jeu, avec le funk saccadé de Do This My Way, sur lequel se posent Gab et Lyrics Born dans un registre semi-chanté, qui laisse rapidement sa place au clavier incisif de Deception et surtout à l’incroyable exercice de style de Gift of Gab sur le déjà connu A to G, où chacun des sept couplets est construit avec des mots débutant par la même lettre de l’alphabet. Une claque.

A peine le temps de s’en remettre qu’apparaît comme par magie Dj Shadow himself, amenant dans ses valises une production hypnotique à souhait, permettant à Gab de dérouler une série de métaphores nocturnes du plus bel effet, avant de calmer le jeu sur la superbe boucle guitare-violon concoctée par Chief Xcel sur If I May. Une petite référence à Outkast le temps d’un assez moyen Smithzonian Institute Of Rhyme, et l’allure s’accélère avec les cuivres et le refrain sautillant de Making Process, avant d’envoûter à jamais l’auditeur avec l’aérien As The World Turns. Le message de clôture peut alors prendre toute sa signification : «The sandman's on your shoulder whispering in your ear he told you, let all your problems go tonight, I'm rapping hear my song, a day of work completed, a night of rest is needed».

Un sommeil qui s’annonce tout aussi enchanteur que réparateur, en raison de la quiétude qui émane de ce premier album de Blackalicious, également qualifiable de visionnaire, intemporel, ou encore contemplatif. Mais aucun de ces attributs ne saurait refléter la richesse de Nia, classique parmi les classiques dont l’acquisition est, vous l'aurez compris, plus que recommandée.


Chroniqué par David Lamon
le 26/07/2004

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
The Craft
(2005)
Anti-
Hip-hop
Blazing Arrow
(2002)
MCA
Hip-hop



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mar. 11/12 - Blog
Les oubliés de 2018
sam. 17/11 - Blog
Skence - Gravity
dim. 28/10 - Blog
Hibernis - Middle of the Meds
mer. 17/10 - Chronique
The Internet - Hive Mind
sam. 13/10 - Blog
FloatingArms - Loud Long Life
mer. 10/10 - Chronique
Zenzile - 5+1 : Zenzile meets JayRee
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters