Accueil | dMute

The Streets

: A Grand Don't Come For Free



sortie : 2004
label : Atlantic
style : Hip-hop

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ It Was Supposed to be so Easy
02/ Could Well Be In
03/ Not Addicted
04/ Blinded By The Light
05/ I Wouldn't Have It Any Other Way
06/ Get Out of My House
07/ Fit But You Know It
08/ Such A Twat
09/ What is he Thinking
10/ Dry Your Eyes
11/ E

Le retour de l’enfant prodigue. Difficile d’éviter pareille comparaison pour décrire la sortie du second album de The Streets, au regard du battage médiatique qui gravite autour de Mike Skinner depuis le succès inattendu d’Original Pirate Material. Proclamé à son insu comme le sauveur d’un hip-hop britannique pas si en danger que ce que l’on pourrait croire, l’unique membre de The Streets doit ainsi relever le défi de combler l’attente de plusieurs millions d’auditeurs tous plus impatients les uns que les autres. Quelques jours à peine après la mise sur le marché de A Grand Don’t Come For Free, difficile de nier que Skinner a réussi son coup. Une remarque qui, je vous l’accorde volontiers, ne nous renseigne en rien sur le contenu de l’album en question.

Venons-en donc au fait. Si vous avez eu l’occasion d’écouter le maxi Fit But You Know it, vous devez certainement vous douter que Mike Skinner a considérablement élargi ses influences, pour intégrer à ses compositions une bonne dose de pop façon Blur, de ragga et de soul dans une perspective very british. Ainsi, hormis les accords électriques du titre précité, on rencontre ici et là du piano, des cuivres, une guitare accoustique et des batteries très feutrées, qui contribuent à créer un son plus deep que sur Original Pirate Material. Une formule qui fonctionne plutôt bien sur les agréables Could Well Be In et Dry Your Eyes, mais qui devient réellement pénible avec Wouldn’t Have It Any Other Way, dont les arrangements ne sont pas sans rappeler une ballade r'n'b miélleuse dont R. Kelly a le secret. Mais Mike Skinner se rattrape toutefois avec les réminiscences rave de l’excellent Blinded By The Lights, les lignes de basses et les cuivres du puissant Not Addicted, et surtout avec le beat épuré de The Empty Cans, petite perle de hip-hop ambient, combinant longues nappes atmosphériques, intermèdes au clavier et discrets samples urbains sur une batterie bien marquée.

Ce minimalisme déstructuré sert évidemment la plume de Mike Skinner, qui relate à nouveau ses promenades nocturnes au cœur de Birmingham, ses soirées sous les spotlights, ses déboires en tout genre, sa tendance à s’enfumer devant sa télévision et, surprise, sa relation amoureuse. Véritable écho revenant sur pas moins de trois titres, ce sujet aère le disque tout en l’alourdissant sur Wouldn’t Have It Any Other Way et son refrain on ne peut plus cliché («She’s the best thing that ever happend to me and I don’t know what I do without her»). Un bémol qui s’avère assez récurrent, rendant la plupart des parties chantées de A Grand Don’t Come For Free parfois difficiles à supporter sur toute la longueur du disque. Excepté ces quelques légers faux-pas, Skinner parvient toutefois à retranscrire avec talent les ambiances qui lui tiennent à cœur, en privilégiant son flow posé et coupé au couteau qui le rend reconnaissable entre mille. En témoigne l’alchimie qui se dégage de morceaux comme Blinded By The Lights ou encore The Empty Cans, où le débit sentencieux de Mike Skinner donne toute sa dimension à ses couplets d’alcoolique reclus. Enfin, inutile de préciser que le disque est essentiellement construit autour d’un slang parfois difficilement accessible pour nos petites oreilles de francophones, demandant ainsi un effort de traduction considérable pour être apprécié à sa juste valeur.

En quelque sorte, ce nouvel album de The Streets se détache considérablement du son UK garage d’Original Pirate Material pour s’aventurer vers des horizons à la fois plus travaillées et plus vulnérables que par le passé. Une fois ce revirement digéré, A Grand Don’t Come For Free se dévoile peu à peu comme un disque plaisant, porté en avant par la qualité générale des textes et du phrasé de Mike Skinner, dont l’assurance a considérablement augmenté durant ces deux dernières années. Cependant, la production moins novatrice et l’orientation définitivement plus pop de ce second opus risqueront de décevoir certains d’entre-vous, étonnés de ne pas retrouver cette odeur nauséabonde qui a fait le succès des premiers travaux de The Streets. Et ils n’auront pas tout tort, car à l’écoute de la majorité des instrumentales de A Grand Don’t Come For Free, je dois avouer que les rues de Birmingham ne m’ont jamais parues aussi propres…


Chroniqué par David Lamon
le 29/05/2004

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Original Pirate Material
(2002)
Pure Groove
hip hop/ garage



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 17/10 - Chronique
The Internet - Hive Mind
sam. 13/10 - Blog
FloatingArms - Loud Long Life
mer. 10/10 - Chronique
Zenzile - 5+1 : Zenzile meets JayRee
mer. 03/10 - Chronique
Delgado Jones - Rain Forest
ven. 28/09 - Chronique
Tim Hecker - Konoyo
sam. 22/09 - Chronique
Thalia Zedek Band - Fighting Season
mer. 19/09 - Blog
Cyesm - Minorities
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters