Accueil | dMute

Playdoh

: Playdoh



sortie : 2000
label : Ultra Violet
style : Post-Rock / Electronica

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Hint
02/ Wires And Amplifiers
03/ Peter
04/ In Lot
05/ The Cars Are The Stars
06/ Brunch

Paru trois ans avant le magnifique Fragments, le premier album de Playdoh est un coup de maître!
Six titres de toute beauté, qui révèlent le talent incroyable du groupe à ciseler de sublimes morceaux navigant dans les eaux troubles d'un post-rock trempé dans les sensibilités riches de ses musiciens: guitares noisy aux décharges frontales ou lignes déliées, en clair-obscur, rythmiques qui donnent le change, sans oublier la basse et des incursions de cuivres réussies (comme sur Hint).Le tout, soutenu par un halo synthétique qu'épanouira plus largement la programmation électronique de Fragments.
La force de Playdoh, sensible déjà sur ce premier album, c'est aussi la magie vocale de ce duo de voix masculin_féminin, qui naît d'un travail réellement impressionnant: Marielle, qui parle souvent plus qu'elle ne chante, d'une voix sensuelle et mélancolique, Sébastien, au chant mélodique, parfois écorché, sur le fil.
Leur chant entre en résonance de façon admirable avec les atmosphères riches et changeantes que dévoile l'album. Pas de monochromie ennuyeuse donc, mais au contraire une faculté renversante à faire partager à l'auditeur toute une gamme d'émotions,de sensations autour d'une tonalité dominante : mélancolique. En six titres, le groupe parvient ainsi à alterner avec brio phases abrasives ou plus contemplatives, presque apaisées, au sein d'un même morceau souvent, épousant ainsi avec naturel et justesse la complexité de ce ressenti universel.
Le morceau de bravoure (13 min) qu'est The Cars Are The Stars est un exemple de cette sensibilité jamais à cours d'inspiration qui habite tout l'album: rock sombre, porté par le chant en souffrance de Sébastien, auquel Marielle vient apporter un contrepoint parcimonieux via un chant monocorde et détaché... sublime!

Playdoh est définitivement l'un des plus grands groupes de la scène indépendante hexagonale, auux côtés des très bons Berg Sans Nipple notamment.
Et ce premier album, comme son successeur, Fragments, fait partie des indispensables. Tout simplement.

A noter: les albums de Playdoh sont en vente à un prix plus qu'abordable sur leur site http://www.playdohnet.com


Chroniqué par Imogen
le 27/05/2004

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Fragments
(2003)
Peter I'm Flying
Post Rock / Electronica



1 commentaire
www.myspace.com/dandruf
par Dan DRUF (le 27/12/2008)
Oui, bravo pour cette critique car on trouve bien peu de chose concernant Playdoh sur le net et encore moins sur cet incroyable premier album, très bien décrit.
Je vais également lui consacrer un blog sur ma page MySpace mais je ne sais même pas vraiment où diriger les gens pour se procurer l'album, leur site n'étant plus mis à jour depuis un bail.
Quelle merveille en tout cas! Pour moi le plus bel album indé français, tout simplement.
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 15/10 - Blog
#12
mer. 11/10 - Blog
Dub Engine - Psychosteppa
mar. 03/10 - Blog
Bonnie Li - Plane Crash
lun. 25/09 - Blog
Feldub - Class War
jeu. 21/09 - Blog
Ease the Soul - Unconscious
ven. 15/09 - Interview
Interview avec Ruelgo
ven. 25/08 - Chronique
Grizzly Bear - Painted Ruins
dim. 20/08 - Chronique
Lawrence English - Cruel Optimism
mer. 16/08 - Chronique
Shannon Wright - Division
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters