Accueil | dMute

Mister Aul

: D#Compoz



sortie : 2004
label : Bloom Records
style : Hip-hop / Breakbeat

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Introducing
02/ Pump Up The Bass
03/ Hypnozis
04/ Give It Up
05/ Funky Dope
06/ Dark Side
07/ Open Up Your Mind
08/ The Guild
09/ Feel This !
10/ Real B.Boy
11/ Startin' To Move
12/ Soul Drummer
13/ I Love Vinyl

Souvenez-vous : New York, fin des années 70, un certain Grand Master Flash officie aux platines, faisant découvrir à une scène en pleine ébullition les premiers breakbeats qui donneront naissance au hip-hop et à la drum’n’bass. D#Compoz, premier album du turntablist parisien Mister Aul, effectue un véritable retour aux sources du genre, s'inscrivant dans la lignée des premiers travaux des Beats Junkies ou des légendaires Invisible Scratch Piklz pour présenter un album dédié à tous les amateurs de culture dj et de groove.

Sans complexe, Mister Aul résume ses 15 ans de métier en une phrase-clé, «Welcome to the next level». La technique est effectivement au rendez-vous dès l’ouverture du disque, avec l'avalanche de scratches de Pump Up the Bass, qui cède rapidement sa place à une succession de petites bombes «strickly hip-hop», essentiellement construites autour de samples vocaux et de rythmiques sèches. Rien à redire sur le savoir-faire de Mister Aul, le courant passe très bien, au point de vous motiver à retourner votre armoire pour retrouver vos Superstars et votre survet tri-bande rouge délavé. Mention spéciale aux cuivres du maxi I Love Vinyl et au loop de guitare de Funky Dope sur lequel viennent s’apposer des scratches d’une terrible précision.

Mais le talent de Mister Aul ne se limite pas au scratching pur et dur, comme le confirme le travail de production plus abouti qui caractérise certains titres de D#Compoz. Ainsi, le turntablist n’hésite pas à s’éloigner des sentiers battus du hip-hop pour s’offrir quelques expérimentations drum’n’bass, ou encore de discrets hommages aux tubes techno de Mr. Oizo. Confirmation avec les basses lourdes et les breaks rapides de Startin To Move, et le beat oppressant et déstructuré de Dark Side. Enfin, D#Compoz renferme quelques intermèdes estampillés funk/soul, permettant d’aérer quelque peu un disque qui peut parfois s’avérer dense et répétitif pour les néophytes. En effet, les scratches de Mister Aul ne laissent aucune place à d’éventuels featurings qui auraient donné une dimension supplémentaire à ses productions. Mais qui auraient également mis à mal le concept privilégié par l’artiste.

Au final, le turntablist parisien délivre un opus à la fois cérébral et entraînant, où la technique n’est jamais mise en avant au détriment des mélodies ou de la musicalité de chaque titre. En d’autres termes, si vous avez éprouvé certaines difficultés à entrer dans l’univers de Kid Koala et un sentiment de fatigue à l’écoute des derniers travaux de Rob Swift, vous devriez apprécier le subtil mélange concocté par Mister Aul sur ce dynamique D#Compoz.


Chroniqué par David Lamon
le 17/05/2004

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Addiction
(2007)
Ozore Age
Electro Breakbeat



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 17/10 - Chronique
The Internet - Hive Mind
sam. 13/10 - Blog
FloatingArms - Loud Long Life
mer. 10/10 - Chronique
Zenzile - 5+1 : Zenzile meets JayRee
mer. 03/10 - Chronique
Delgado Jones - Rain Forest
ven. 28/09 - Chronique
Tim Hecker - Konoyo
sam. 22/09 - Chronique
Thalia Zedek Band - Fighting Season
mer. 19/09 - Blog
Cyesm - Minorities
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters