Accueil | dMute

The Black Dog & Black Sifichi

: Unsavoury Products



sortie : 2002
label : Hydrogen Dukebox
style : Electronica / Ambient

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ What do they want
02/ Dogbite
03/ Secret biscuits
04/ If i were king
05/ B4 the sky was built
06/ Dear ron
07/ Invisible things
08/ Let's talk music
09/ Mental health online
10/ Va zee
11/ Image poem
12/ New york dorx
13/ Someone at the of

Unsavoury Products est un album hommage à William Seward Burroughs.
Ce projet s’inspire de la collaboration entre Black Dog et William Seward Burroughs un mois avant la mort de ce dernier.
Black Dog, auteur de Music for adverts and short films, rencontre Black Sifichi, adepte du spoken word, pour proposer une exploration à travers vingt voix, reflets d'existences contemporaines.
Le récit, alternant entre poésie caustique et réflexion fondée sur l'observation de notre société, repose sur des compositions instrumentales inspirées de la méthode du cut up.
La symbiose entre le spoken word de Black Sifichi et l’electronica de Black Dog conduit à donner une structure organique à cet album, qui déstabilise son auditeur par sa beauté bizarre.
Elle prend corps à l’écoute de l'évocation du Tanger fantasmé de Burroughs et de Paul Bowles où des conversations prélevées côtoient des percussions secrètes frappant une machine à écrire ..
Black Dog développe une electronica hallucinatoire, faite de rythmes arabisants, d’échantillons de sons et de bruits, où la voix de Sifichi habite le paysage sonore.
Dogbite est peut-être le morceau qui évoque le mieux l’univers de Burroughs : la paranoïa d’un homme en pleine dissociation de réalité .. b4 the sky was built, morceau dense où un marmonnement lancinant s’accompagne d’une bassline dubby ..
Brusque retour à la réalité avec les théories ( ?) sur la musique de parlons la musique à mental health hotline et inconspicuous audiometric, évocation de l’anonymat urbain et de la joie débile de l’achat sur catalogue.
Unsavoury Products est plus une exploration de l’art de chacun des auteurs et de leurs influences respectives qu’une critique d’une société trop désireuse d'oublier les choses simples.
C’est un album multicouche fascinant, vrai morceau de poésie moderne à l’humour tordu et inquiétant où le non-sens s’allie à la comédie pour devenir attrayant.



Raff (Ancien chroniqueur)




Chroniqué par
le 17/05/2004

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



jeu. 27/04 - Chronique
Filastine - Drapetomania
jeu. 20/04 - Chronique
Arto Lindsay - Ciudado Madame
mar. 11/04 - Chronique
Jacaszek - KWIATY
mar. 04/04 - Blog
Chrono.fixion - 2016
sam. 18/03 - Blog
King Crimson - Starless (1974)
sam. 11/03 - Blog
Zenzile - Elements
ven. 03/03 - Blog
Al' Tarba - La Nuit se Lève
mar. 28/02 - Chronique
Andy Shauf - The Party
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters