Accueil | dMute

Lali Puna

: Faking the books



sortie : 2004
label : Morr Music
style : Electro-pop

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Faking the books
02/ Call 1-800-fear
03/ Micronomic
04/ Small things
05/ B-movie
06/ People i know
07/ Grin and bear
08/ Geography-5
09/ Left handed
10/ Alienation
11/ Crawling by numbers

Des heures passées à écouter Scary World Theory, je savais déjà aux premières écoutes de Faking the books, que ce nouvel album ne me laisserais pas de marbre.
Lali Puna fait parti de ceux qui forment le phénomène "Weilheim-landsberg" : 15 personnes qui gravitent dans la constellation de groupes du Label Morr, parmi lesquels Notwist et Console sont les plus connus et ainsi requiert la même formation pour leur troisième album.
Oubliez ici le son noise du premier album Tridecoder, continuant son envolée, Lali puna sillonne toujours le monde de la pop, de l’électronica minimisée et délicate avec quelques surprises où la douce voix de Valéria, d’un anglais clairement chanté ou chantonné presque sans artifices apaise sans même avoir de réelle douleur.
L’album s’éveille sur Faking the books, d’un rapide son aigu et d’un son de guitare acoustique, le sentiment d’un renouveau naturel s’installe.

Lali puna opte pour un son plus rock que Scary World Theory, déjà pressenti par Left Handed, un morceau sorti sur EP 9 mois auparavant en annonce de l’album qui laisse de coté la pop en nous surprenant par le léger sursaut (pas déplaisant pour autant) que peut provoquer la batterie énergique et non imposée sur Call 1-800 fear et la voix de Valeria beaucoup plus élevée sur Micronimic.
Sur Small things, on retrouve une musique pacifiée, peut être pour attendrir ses mots de déception avec cette lourdeur accompagnant la voix, qui fait redondance avec la simplicité des paroles pourvues de sens, accentuant l’hypersensibilité du morceau. Tout comme Aliénation un morceau qui remet en cause la validité du mot "vérité".
Le dernier titre de l’album, Crawling by numbers est d'une langueur à tomber en décrépitude, la monotonie des violons accentue la fin, ce morceau est vraiment de toute beauté.
Parfois plus rock et plus sensible, Faking the books, est peut être la suite logique, une théorie amplifiée et néanmoins cruelle dépendant toujours de la pop et de l’électro sensitive et sans parjures.


Chroniqué par Yas
le 12/05/2004

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Scary world theory
(2001)
Morr Music
electro-pop/downtempo



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mar. 18/07 - Chronique
Toàn - Histós Lusis
ven. 14/07 - Blog
The Doppelgangaz - Dopp Hopp
mar. 11/07 - Blog
CloZee - Harmony
sam. 01/07 - Chronique
The New Year - Snow
mer. 28/06 - Chronique
Uzul Prod - Continental Drifts
dim. 18/06 - Chronique
Daniel Menche - Sleeper
jeu. 15/06 - Chronique
The Necks - Unfold
mer. 07/06 - Blog
Hugo Kant - Out of Time
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters