Accueil | dMute

Múm

: Summer Make Good



sortie : 2004
label : Fat Cat
style : Electronica / Clicks'n cut à l'islandaise

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Hú Hviss - A Ship
02/ Weeping Rock, Rock
03/ Nightly Cares
04/ The Ghosts You Draw On My Back
06/ Stir
07/ Sing Me Out The Window
08/ The Islands Children’s Children
09/ Oh, How the Boats Drift
10/ Small Deaths Are the Saddest
11/ Will The Su

Deux ans se sont écoulés depuis la sortie du chef d’œuvre de Mùm : Finally we are no one, et revoici le groupe à présent réduit au trio Gunnar Örn Tynes, Örvar Thóreyjarson Smárason et Kristín Anna Valtysdóttir, après que Gyða Valtýsdóttir, sa jumelle, ait choisi de les quitter pour se consacrer à l’art.
Que reste-t’il alors de nos amours pour Mùm, avec cette reformation ? Toujours ces paysages enneigés et organiques, ces plaines balayées par un vent électro-acoustique, cette voix enfantine de Kristin qui cette fois-ci est plus identifiable, moins parsemée, plus incarnée que sur le précédent opus. Cette mise en avant est peut-être due au départ de sa sœur, mais sa voix n’en est pourtant que plus fragile, comme si elle devait user toutes ses forces pour expulser l’air nécessaire à faire vibrer ses cordes vocales, à la limite de la cassure. Pas complexée par le son enfantin de sa voix, Kristin en rajoute et on en redemande, tant elle colle à l’identité forgée au cours de leurs albums et tant elle met en avant une humanité plus présente dans Summer make Good que dans aucun autre album de Mùm auparavant.

Pour composer ce dernier opus, le trio s’est enfermé pendant plusieurs semaines dans un ancien phare perdu, à trois heures de marche à travers la montagne du point d’accès à la mer le plus proche, sachant qu’il fallait prendre le bateau pour se réapprovisionner. C’est de ce décor de roches désertiques, balayées par un vent glacial qu'ils se sont inspiré et c’est sûrement ce que représente la couverture de l’album : un intérieur chauffé par un faible feu de bois, qu’on devine à peine voire pas du tout, et un trou dans le mur par lequel on aperçoit le paysage désertique islandais et par où s’engouffre le vent et ses mélodies glacées. Par cette description, vous êtes d’emblée dans l’album et ses sons de bois vermoulu qui craque, les souffles , les gouttes d’eau...

La surprise, avec ce nouveau voyage dans l’Islande la plus rigoureuse et la plus reculée, c’est la facture du son, plus « acoustique » ou « electro-acoustique ». En effet, ils sont ensuite partis enregistrer sur une autre terre de la même région, dans une ancienne station météorologique où, cette fois, il y avait l’eau courante. C’est là qu’ils ont choisi de changer leur méthode d’enregistrement et de confier les sons acoustiques joués à d’anciens amplis vintage et autres baffles de vieux gramophones, et donc faire voler en éclat le principal reproche produit à l’encontre du précédent album : un mixage trop « électronique », qui ne met pas en valeur les nombreux instruments employés. Dans Summer make Good, vous entendrez de tous leur corps et de toute leur pouvoir acoustique les banjos, glockenspiel, violons, accordéons... Et pourrez alors deviner l’incroyable expérience de rencontre entre électronique et acoustique que représente leurs performances live.

Après le relativement plus facile d’accès : Finally we are no one, encore un album des islandais qui ne s’ouvre pas à vous si facilement, malgré sa douceur, et qui nécessitera plusieurs écoutes pour saisir les multitudes de détails, l’inusable inventivité des rythmiques batterie/sons. Quand bien même vous réussirez à mieux saisir et mieux faire votre cette musique, je promet que chaque nouvelle écoute de Summer make Good apportera son lot de richesses insoupçonnées, me laissant présager que le mystère de Mùm est loin d’être résolu...

Chroniqué par dClem
le 13/04/2004

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Go Go Smear The Poison Ivy
(2007)
Fat Cat
Electronica
The Peel Session
(2006)
Fat Cat
electronica / musique instrumentale
Finally We Are No One
(2002)
Fat Cat
Electronica / click'n'cut



1 commentaire

par bob le vers (le 19/11/2006)
bon bah parceque je suis allé voir cette fille en concert et c'était bien la petite voix de mùm qui coincait, couinait et grincait sur scène.

Si vous cherchez, elle a pas sorti d'album solo encore mais ya des bootlegs de ses dates de londres et berlin sur le net.
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



lun. 22/05 - Chronique
Bethan Kellough - Aven
sam. 20/05 - Blog
Notilus - S/T
mer. 17/05 - Blog
Kara-Lis Coverdale : Grafts
jeu. 11/05 - Blog
Senbeï - NIN
lun. 08/05 - Chronique
Oxbow - Thin Black Duke
dim. 07/05 - Blog
Duster - Stratosphere (1998)
jeu. 04/05 - Blog
Näo - Duel
lun. 01/05 - Chronique
Bing & Ruth - No Home of the Mind
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters