Accueil | dMute

Zenzile

: Zenzile Meets Cello



sortie : 2004
label : Small Axe
style : Dub / électro / ethnique

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Airport Lights
02/ Transit
03/ Funky Delhi
04/ Ain't Life Ironic?
05/ Ain't Dub Ironic?
06/ Funky Berlin
07/ Ascendance

Le dub aérien et hypnotique de Zenzile rencontre une fois de plus dans son dernier maxi Jamika, artiste américaine connue lors d’une joute électronique improvisée à Brixton. Ce qui peut surprendre, c’est que dès le départ, l’absence de chanteur au sein de la formation avait été l’élément déclencheur de l’orientation dub de Zenzile. Mais intuitivement, la base instrumentale de leurs premiers albums a laissé un peu de place à l’intervention d’artistes comme Jamika. Sa participation dans deux titres uniquement peut décevoir toutefois certains de ses fans. Mais son apparition dans le titre Ain’t Life Ironic nous replonge, nostalgiques, dans un son proche de Love Child, issu du second maxi. La poétesse chante, parle et susurre une envoûtante litanie qu’elle pourrait souffler à notre l’oreille, et son grain de voix sublime avec justesse les rythmiques de bases.

L’alchimie s’opère également avec une nouveauté. La présence de Cello, alias Vincent Segal, violoncelliste de Bumcello et de M. donne une dimension orientale et onirique à cet album. Succéder à Sir Jean de Meï Teï Sho n’était pas une mince affaire après le succès du dernier maxi. Mais considérons que le pari est remporté. L’allégresse des rythmes positifs, ponctués par les variations mélancoliques mais tellement sublimes du violoncelle, s’inscrivent dans une alternative de sons féminins/masculins. On se laisse facilement porter par les notes de l’instrument à cordes, s’évaporant comme un mirage musical. Subjectivement, le talent de Cello nous transporte vers des contrées désertiques inconnues, une sorte de voyage spirituel pour un aller simple uniquement.
Et soudainement, la patte Zenzile prend toute sa dimension avec l’intervention de percussions à la fois vives et fluides, lourdes et vaporeuses. On retrouve dans cet opus la ligne de basse simple mais efficace sur une rythmique épurée mais bien présente. Zenzile quitte subtilement notre platine avec une reverb' de sons électro-acoustiques qui apportent une note expérimentale bien prometteuse.

Même si l’équilibre entre les deux artistes est savamment orchestré, la couleur musicale dominante reste celle de Vincent Segal, qui prouve de toute évidence que les sons dit classiques dopent les notes électroniques. Pas de mélancolie dans ce maxi, mais plutôt un plongeon dans un monde purement "zenzilesque". Les fans s’y retrouveront, c’est certain. La trilogie des maxis ne comble pas notre appétit et le quintet angevin Zenzile mérite sans surprise le titre de meilleurs groupes de dub français.

Chroniqué par Lilo
le 01/03/2004

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Blog
Actualité
Zenzile - Elements
Berlin
(2014)
Yotanka
Electro-dub / Rock / Instrumental
Pawn Shop
(2009)
Yotanka
Dub/Rock
Living in Monochrome
(2007)
UWe
Dub & Rock
Meta Meta
(2006)
UWe
Minimal Dub / Downtempo
Modus Vivendi
(2005)
Supersonic
Electro-Dub Rock
Sound Patrol
(2001)
Crash Disques
Dub
Meets Jamika (EP)
(2000)
Crash Disques
Dub/Reggae
Totem
(2002)
Small Axe
Dud / reggae / ambient
Sachem in Salem
(1999)
Crash Disques
Dub
Meets Sir Jean (EP)
(2002)
Crash Disques
Dub



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



jeu. 27/04 - Chronique
Filastine - Drapetomania
jeu. 20/04 - Chronique
Arto Lindsay - Ciudado Madame
mar. 11/04 - Chronique
Jacaszek - KWIATY
mar. 04/04 - Blog
Chrono.fixion - 2016
sam. 18/03 - Blog
King Crimson - Starless (1974)
sam. 11/03 - Blog
Zenzile - Elements
ven. 03/03 - Blog
Al' Tarba - La Nuit se Lève
mar. 28/02 - Chronique
Andy Shauf - The Party
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters