Accueil | dMute

Sophia

: Deconstruction of the world



sortie : 2004
label : Cyclic Law
style : Dark / indus

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ The end of the age
02/ Machine
03/ Downfall
04/ Condescension
05/ Humanicide
06/ Soiled
07/ Severed
08/ Contrition
09/ Unperturbed
10/ Aftermath

L'univers caauchemardesque de Sophia revient à nouveau hanter nos grises journées avec Deconstruction of the world. En attendant la version cd, qui devrait arriver incessamment sous peu, c'est un vinyle que nous présente le label canadien Cyclic law. The end of the age ouvre la bal avec son dark-ambient, typiquement suédois, qui, comme une introduction, nous invite à pénétrer dans les tunnels oppressants qui mènent vers la lumière gelée du dehors. Et, comme pour briser le semblant de quiétude qui venait de s'installer Machine semble vouloir déchirer l'espace et déclarer la guerre totale au reste du monde. Voix monocorde, atmosphère lourde et chargée d'électricité, portée par une rythmique assénée avec la douceur de coup d'une masse d'arme. Chaque titre qui se termine annonce la fin d'un chaos difficilement supportable, précedant un autre, puis encore un autre. Downfall semble tout droit sorti de Sigillum militum, le premier album du groupe. Orchestrations symphoniques guerrières ou épiques, rythme martial terrifiant et occupation de l'espace sonore, orgiaque et démesurée. Parfois on se surprend à imaginer des scènes d'affrontement, d'immensité vierge de toute humanité, envahie et investie de toute part par le virus combattant. Comme un rituel vers le sacrifice et l'accomplissement, Humanicide tétanise l'auditeur grâce à un savant mélange de choeurs militaires, de groove indus machinal et incessant, et d'une déclamation proche de celle d'Aldenon Satorial de Coph nia. Des visions de monuments en ruines, de tôle rouillée, de murs de pierres couverts de salpêtre et de no man's land inhospitaliers, ravivent sans cesse la sensation de réclusion et d'emprisonnement évoquée ici. En face B, Contrition et Aftermath se détache du lot, grâce à leur construction atypique, empirique et tendue.
La déconstruction du monde mise en musique, vous en rêviez, elle est là. Sophia affirme son style et se détache enfin un peu de la bulle protectrice de Cold Meat Industry, pour développer encore un peu plus son approche si personnelle de la musique atmosphérique la plus noire qui soit.


Chroniqué par Yragael
le 23/02/2004

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Sigillum Militum
(2000)
Cold Meat Industry
Dark / indus
Spite
(2002)
Cold Meat Industry
Neo-classic/dark-indus
Aus der welt
(2001)
Cold Meat Industry
Neo-classic/dark-indus
The seduction of madness
(2002)
Cold Meat Industry
Neo-classic/dark-indus
Herbstwerk
(2001.)
Cold Meat Industry
Neo-classic/dark-indus



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



ven. 25/09 - Blog
Tapeworms - Funtastic
mar. 15/09 - Chronique
The Microphones - Microphones in 2020
sam. 05/09 - Chronique
Stand High Patrol - Our Own Way
dim. 30/08 - Chronique
Nocturne - Hypnose Générale
mar. 11/08 - Chronique
Lyra Pramuk - Fountain
jeu. 06/08 - Chronique
Protomartyr - Ultimate Success Today
dim. 19/07 - Chronique
Bing & Ruth - Species
mar. 14/07 - Blog
Emocore : Itinéraire bis
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters