Accueil | dMute

Anti Pop Consortium

: Tragic Epilogue



sortie : 2000
label : Anti-Pop Recordings
style : Hip-hop

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Laundry
02/ Nude paper
03/ Your world is flat
04/ Psa2
05/ 9.99
06/ Rinseflow
07/ Here they come now
08/ Moon zero x-m
09/ Lift
10/ Eyewall (feat/ electro foetus)
11/ Sllab
12/ Monster sex
13/ Smores
14/ Driving in circles
15/ 3 digit wi

A une époque où le concept «underground» s’est déjà figé dans ses propres limites et a été outrageusement récupéré par une industrie artistique en pleine crise de légitimité, il est parfois plaisant de remonter quelque peu le fil des événements et de se replonger dans des œuvres qui ont donné à cette dénomination ses réelles lettres de noblesse.

Eté 2000, un vent de fraîcheur profondément nostalgique accueille le débarquement de Tragic Epilogue, premier album d’Anti Pop Consortium réunissant la plupart des maxis du groupe et quelques inédits. D’entrée, la qualité de la pochette met la barre très haut à grands coups de visuel futuriste et épuré. Le message est clair : Anti Pop vous invite à un voyage cérébral et artistique vers une intemporelle avant-garde qui se nourrit des fondements du genre pour mieux le dépasser. Prétentieux ? Pas tant que ça… Une fois l’aiguille posée sur le disque, la claque est bel et bien immédiate, tant la première écoute suffit à faire pénétrer l’auditeur dans une atmosphère caverneuse, discrètement rehaussée par des sonorités électroniques alors largement sous-exploitées par le milieu hip-hop. Durant près d’une heure, les beats saccadés et les longues textures froides se chevauchent et s’enrichissent, pour accoucher de boucles en constante évolution et défiant toute linéarité. Chaque instrumentale touche par sa singularité, s’approchant tour à tour du free jazz, de l’électro expérimentale et de l’abstract hip-hop tout en contribuant à la forte cohérence de l’ensemble.

Cette hétérogénéité parfaitement domptée introduit dès lors un challenge conséquent pour les trois MC’s, obligés de repenser à chaque morceau la charpente verbale de leurs couplets. Une fois de plus, la technique et la complémentarité sont au rendez-vous, tant au niveau des flows que de l’écriture. Le sautillant M-Sayyid mène la cadence à grands coups de frictions lyricales (Spandex, topless, swinging tits like reels on Ampex/I heard her say something like she was ambidex/He wanted to take it to the next/Disappear with two bottles of vex), que Beans se plait à constamment déstructurer (The first release quick! kick back the impact/Came in crush on contact knock out your contact when in combat) pour mieux permettre à High Priest de dérouler sa voix grave et faussement linéaire (The super soaker then choker, poker-face straight hate treds stay red/Dead clouds brought back to life mic. Majestic/Untested, destined). Bien plus qu’un simple exercice de spoken word abstrait, Tragic Epilogue se révèle au fil des écoutes comme un véritable hommage à la poésie urbaine et innovante impulsée par le slam, une sorte de café littéraire post-moderne débordant de style et d’egotrip bien trempé qui refuse constamment de tomber dans la facilité (Pattern, exorcist, excercise no discression when pressing the boundaries/Surrond the beat like street lights on nights with fights and latteral battle moves/To all crews, emcees FREEZE).

Ainsi, le premier album désormais culte du trio New-Yorkais parvient sans aucune contestation à transcender toute la richesse originale de la musique hip-hop au-delà de ses propres limites, pour l’intégrer dans un éclectisme novateur qui a su conserver toute son originalité au fil des années. Hype, crade, alternatif, élitiste, cérébral et contestataire, Tragic Epilogue fait partie des disques trop rares qui ont permis au genre de sortir de ses propres clichés et de prétendre au statut d’expression artistique à part entière. Et en rehaussant ainsi les productions boiteuses du monde diurne avec la maîtrise et le dépassement des innovations qui se sont développées dans l’ombre des projecteurs, cette démarche fut indubitablement «underground».

Chroniqué par David Lamon
le 19/02/2004

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Arrhythmia
(2002)
Warp
hip-hop / electro



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 17/10 - Chronique
The Internet - Hive Mind
sam. 13/10 - Blog
FloatingArms - Loud Long Life
mer. 10/10 - Chronique
Zenzile - 5+1 : Zenzile meets JayRee
mer. 03/10 - Chronique
Delgado Jones - Rain Forest
ven. 28/09 - Chronique
Tim Hecker - Konoyo
sam. 22/09 - Chronique
Thalia Zedek Band - Fighting Season
mer. 19/09 - Blog
Cyesm - Minorities
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters