Accueil | dMute

MIG

: Dhikrayat



sortie : 2004
label : Intègre
style : Trip-Hop

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Sad Society Song
02/ Au Nord De Mon Enfance
03/ H'djendjell
04/ Concrete Jungle
05/ Down
06/ Badaboom
07/ Antipodes
08/ Leaving Beth
09/ Bright Ball
10/ Dhikrayat
11/ My Town (Padam)
12/ M'nama
13/ M'nama (Dub)
14/ Takaré
15/ Let Me
16/

Nous avions laissé MIG avec un maxi éponyme plutôt prometteur et ils nous reviennent avec Dhikrayat, un album aux sonorités très diverses mais qui s'accordent sur un point : faire plaisir à nos oreilles.
Une particularité de MIG qui avait beaucoup plu, c'était ce mélange de sons typiques du trip-hop avec des sons influencé par la tradition musicale arabe. Qu'on se réjouisse, on en aura a satiété et s'en jamais en avoir marre. Quand le chant est portée par une voix comme celle de Djazia Satour, on ne peut qu'en redemander.

L'album démarre sur un titre déjà présent sur le premier maxi Sad Society Song. Même si on connaît déjà la chanson, c'est loin d'être une corvée de la réentendre. Le titre Leaving Beth est lui aussi tiré du premier maxi, et là aussi c'est agréable de le réécouter. Leaving Beth est vraiment un titre très beau aux paroles très étrange.
MIG se permet aussi de reprendre fort élégamment deux chansons. Tout d'abord le titre de Bob Marley, Concrete Jungle, fatalement fort différente et incroyablement jolie. Le morceau Bright Ball quant à lui est une adaptation plutôt réussie du titre The Power of Equality des Red Hot Chili Peppers. Mais en réalité, à part le refrain, il n'y a plus rien grand chose en commun.

On a beaucoup qualifié MIG de «trip-hop arabisant » ce qui est quelque peu réducteur. Bien sûr, on ne peux pas nier l'influence du trip-hop et des musiques orientales, il faudrait être totalement sourd pour l'affirmer. Mais MIG va aussi chercher du coté de l'acoustique comme on peut l'écouter sur Down ou Au nord de l'enfance, aussi bien que du coté de l'electro bien repérable sur les instrumentaux. Badaboom et l'excellent M'nama (dub). Les nouvelles compositions des musiciens de MIG sont vraiment peaufinées à l'extrême et lorsque la voix de Djazia vient se poser sur les mélodies, alors là, ah, alors là, c'est beau quoi. Que le chant soit en français, en anglais ou en arabe, l'émotion est la même, il suffit d'écouter Antipodes, Dhikraya ou Concrete Jungle - oui encore, mais ce titre est merveilleux, que voulez-vous – pour se rendre compte de la profondeur de la voix de Djazia.

En fait, j'étais parti pour faire une critique objective de Dhikrayat mais je m'aperçois que ce n'est pas possible, parce que je trouve cet album trop bien pour être objectif. Donc, je ne serais absolument pas objectif non plus en disant que cet album apporte un coup de frais à un genre qui sent parfois un peu le renfermé, c'est à dire le trip-hop. Si vous aimez les disques calmes, bien chantés et mélodieux alors ce disque est fait pour vous et vous ne le regretterez probablement pas.

Chroniqué par Traulever
le 18/02/2004

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
MIG
(2001)
Intègre
Trip-Pop



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 15/11 - Chronique
Protomartyr - Relatives in Descent
sam. 04/11 - Blog
#12 (deuxième partie)
mer. 01/11 - Blog
Igloohost - Neō Wax Bloom
mar. 24/10 - Blog
#21 : Oiseaux-Tempête
dim. 22/10 - Blog
NO NEW YORK (1978)
ven. 20/10 - Chronique
Dälek - Endangered Philosophies
dim. 15/10 - Blog
#12
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters