Accueil | dMute

Telefon Tel Aviv

: Map of What Is Effortless



sortie : 2004
label : Hefty Records
style : Electronica / Click'n'cuts / R'n'B

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ When It Happens It Moves All By Itself
02/ I Lied
03/ My Week Beats Your Year
04/ Bubble And Spike
05/ Map Of What Is Effortless
06/ Nothing Is Worth Losing That
07/ What It Is Without The Hand That Wields It
08 What It Was Will Never Again
09

Si il y a un album que j'attendais en ce début 2004, c'était bien la nouvelle production des américains Joshua Eustis et Charles Cooper aka Telefon tel aviv. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que les avis des critiques à son égard sont mitigés et cela même au sein d'infratunes.
Alors pourquoi cette confrontation des avis? Voici l'explication :
Tout d'abord, Map of What Is Effortless, à première écoute choque, qu'on le veuille ou pas, Telefon tel aviv marque ici un changement d'orientation musicale. Fini l'experimentation sonore de Fahrenheit Fair Enough, là ou les clicks et les cuts faisaient l'amour aux nappes aquatiques ( si si souvenez vous). Nos 2 protagonistes innovent !
En effet, un nouvel élément apparaît sur ce Map Of What Is Effortless. Ce nouvel élément étant le chant avec la participation sur quasiment tous les morceaux de Damon Aaron (également présent sur le Soul strata d' I-wolf) et de Linsday Anderson (déjà présente sur Immediate Action #8). Effet positif ou effet négatif? Selon certains positif. Mais ici, c'est moi qui décide et vous l'aurez compris, cet apport de chant me révulse au plus haut point. Non pas que Damon Aaron et Linsday Anderson chantent faux, mais la nouvelle couleur qu'ils apportent sur des morceaux comme I Lied, Nothing Is Worth Losing That ou encore My Week Beats Your Year me laisse assez perplexe et surtout encre en moi un sentiment de déception. Plutôt difficile à gérer. Malgré l'incontestable fait que Telefon tel aviv maîtrise toujours autant l'art des machines, les voix R'n'B que l'on essaye de nous imposer ecoeurent très très vite. Sans doute fallait-il être plus commercial afin de passer plus facilement sur des ondes FM dites "pour grand public".
Mais attention, ce nouvel opus possède également de belles pièces, What It Is Without The Hand That Wields It en est la reine. Ce titre étant tout simplement l'un des meilleurs que j'ai eu l'occasion d'écouter ces derniers mois (voir années). Elaboré en deux phases bien distinctes l'une de l'autre, What It Is Without The Hand That Wields It vous angoissera les 3 premières minutes pour vous posséder totalement durant les 3 dernières. Je m'explique ? Non, le mieux étant de l'écouter au plus vite chers amis!
L'éponyme Map Of What Is Effortless fait partie également des petits bijoux offert ici grâce à son chant architectural et à ses mélodies venues des abysses les plus profondes. Tout comme le "Craig Armstronguien" et mélancolique Nothing Is Worth Losing That.

En conclusion de cette chronique, , que puis je dire d'autres à part que Map Of What Is Effortless déçoit de par son coté commercial et qu'il décevra sans doute beaucoup d'aficionados de Fahrenheit Fair Enough. Certes, il y a toujours autant de maitrise dans les mélodies, mais le reste ça compte et ici le reste ne suit pas. Dommage...

Chroniqué par Pachouille
le 22/01/2004

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Immolate Yourself
(2009)
BPitch Control
Electro-pop
Remixes Compiled
(2007)
Hefty Records
Electro / Click'n'Cut
Immediate Action #8
(2002)
Hefty Records
Downtempo / IDM
Fahrenheit Fair Enough
(2001)
Hefty Records
Soft-electronica/clicks n' cuts



2 commentaires
http://laponies.fr
par Corentin (le 27/02/2010)
Contrairement au commentaire précédent je trouve que "My week beats your year" est, certes radicalement différent de ce qu'on a l'habitude d'entendre chez Telefon Tel Aviv, mais justement d'autant plus intéressant. Passons peut-être sur les paroles, on trouve dans cette chanson une énergie qui n'existe pas dans les autres et dans ce sens ça me plait. C'est, d'ailleurs, peut-être un avant goût des (je crois) futurs collaboration avec Apparat.
Par contre je trouve "I lied" assez limite, dans le sens du rédacteur de l'article.

par Marko (le 25/03/2009)
Je suis totalement allergique au R&B mais quand j'écoute I Lied je ne peux m'empêcher de trouver cela magnifique. J'ai l'impression d'entendre du R&B comme jamais je n'en ai entendu, une instru glacée, tendue, qui n'a rien à voir avec les instrus classiques de R&B; et une voix belle, juste, ET SURTOUT QUI N'EN FAIT PAS TROP dans le pathos ou l'émotionnel. Cette chanson est juste parfaite. What is WIthout ... est énorme. Par contre je suis assez d'accord pour dire que My week beats your year est sans intérêt. Un album qui ne ressemble à aucun autre.
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 18/06 - Chronique
Daniel Menche - Sleeper
jeu. 15/06 - Chronique
The Necks - Unfold
mer. 07/06 - Blog
Hugo Kant - Out of Time
sam. 27/05 - Blog
Equipe de Foot - Chapka
jeu. 25/05 - Chronique
Blonde Redhead - 3 O'Clock
lun. 22/05 - Chronique
Bethan Kellough - Aven
sam. 20/05 - Blog
Notilus - S/T
mer. 17/05 - Blog
Kara-Lis Coverdale : Grafts
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters