Accueil | dMute

Louisa john-krol

: Alabaster



sortie : 2003
label : Prikosnovenie
style : Pop / Folk

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ The throng and the pier
02/ The lily and the rose
03/ Waterwood
04/ Stone lake
05/ Me and the machine
06/ Lights on the wall
07/ The seventh ingress
08/ Paint the wind
09/ How should i your true love know ?
10/ The search for lost souls - mid

Si un mot un seul devait définir Alabaster se serait mélodie. La mélodie sous toutes ses formes.
Epique et fougueuse sur The strong and the pier ou plus médiévale pour le duo mandoline / guitare de The lily and the rose. Waterwood se veut plus doux, presque édulcoré, avec une recherche dans la composition très intéressante, peut-être plus classique mais touchante quelles que soient les affinités. Tempo soutenu, guitare folk et chant mélancolique (voire bluesy) pendant Stone lake, puis revirement total d'ambiance avec l'electro-pop, dans un pur style "Garbagien", de Me and the machine. Ici, Louisa cherche de nouveaux horizons et tente de nouvelles expériences, audacieuses mais réussies. The seventh ingress, qui suit la frénésie de Lights on the wall n'est autre qu'une improvisation clavier / chant entre Olaf Parusel de Stoa et Louisa. Beaucoup plus contemplatif et triste, la voix de la fée australienne y prend une ampleur et une profondeur proche du divin, sans jamais quitter sa soyeuse douceur naturelle, presque maternelle. La pop Paint the wind rend hommage à la peintre Karan Wicks, tandis que Shakespeare se trouve mis sublimement en musique grâce à How should i your true love know ?. The search for lost souls - midnight plus traditionel, retrouve la guitare classique et la force juvénile de la musique folk, alors que Approaching the island of sirens s'enfonce dans un ambient opaque, empreint de mysticisme, déroutant et assez pénétrant. La dernière surprise viendra de dancing over acheron carrément dancefloor et pour le moins surprenant.
En bref, une production qui part dans tous les sens et qui peut, bien malgré elle, dérouter. Cependant, force est de reconnaître que certains titres restent gravés dans la mémoire quasi-instantanément et on se surprend à les siffler, car musicalement ils ont tout ce qu'il faut pour s'accrocher au cerveau. Parfois les surprises se cachent là où on les attend le moins.

Chroniqué par Yragael
le 25/11/2003

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



jeu. 27/04 - Chronique
Filastine - Drapetomania
jeu. 20/04 - Chronique
Arto Lindsay - Ciudado Madame
mar. 11/04 - Chronique
Jacaszek - KWIATY
mar. 04/04 - Blog
Chrono.fixion - 2016
sam. 18/03 - Blog
King Crimson - Starless (1974)
sam. 11/03 - Blog
Zenzile - Elements
ven. 03/03 - Blog
Al' Tarba - La Nuit se Lève
mar. 28/02 - Chronique
Andy Shauf - The Party
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters