Accueil | dMute

Dj cam

: Substances



sortie : 1996
label : Inflamable
style : Abstract Hip-hop / Trip-hop

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Intro
02/ Friends and Enemies
03/ Essence Part One
04/ Meera (feat. Kakoli Sengupta)
05/ Essence Part Two
06/ Sound System Children
07/ Alexandra's Interlude
08/ Innervisions
09/ Essence Part Three
10/ Hip-Hop Pionneers
11/ Essence Part Fou

Riche de nombreuses expériences en Angleterre et au Japon où l’homme est déjà reconnu, ce dernier s’est distingué en novembre 1996 avec Substances. Inspiré par DJ Shadow et DJ Krush, DJ Cam s’aventure au-delà de ses racines hip-hop en produisant sur son second label, Inflammable Records, le premier album d’abstract hip-hop en France.
La richesse musicale de cet album mélancolique et sophistiqué, puisant largement ses références dans le jazz (samples d’artistes comme John Coltrane, Miles Davis, McCoy Tyner, Pharoa Sanders...), le hip-hop (samples de Gangstarr ou des JB’s pour ne citer qu’eux) et la culture cinématographique du DJ en fait un album précurseur, mêlant scratches incisifs, beats hip-hop, house, jungle et ambient.
Afin d’apporter une note de sensualité à cet "album d’intérieur" apaisant et calme, DJ Cam, toujours inspiré fait appel pour les titres Meera et Lost Kingdom à la chanteuse indienne Kakoli Sengupta.
Substances est l’album qui révèle l’artiste et lui donne une ampleur aussi bien nationale qu’internationale. Par la suite, il participe à l’album de DJ Krush, remixe des tunes de Tek 9, travaille avec Tommy Hools, Daphreephunkateerz, signe un opus de la série DJ Kicks sur !K7 en 1997... Bref, c’est la consécration et la reconnaissance d’un public jusque là frileux et peu réceptif. L’artiste sort de l’underground et va même jusqu'à être invité à la Fondation Cartier pour un mix "promotionnel".
Les amateurs du genre et les fans de DJ Cam vous diront pour la plupart que Substances est un album phare, peut-être le meilleur opus de l’artiste (avec Mad Blunted Jazz qui vient après).
Malgré les sept ans qui se sont écoulés, Substances n’a pas pris une ride et s’écoute en boucle avec toujours le même infini plaisir.
Les interludes "jazz" entre chaque tunes créent une atmosphère intimiste et contribue à unifier cet éclectisme musical en en faisant un ensemble cohérent, un modèle du genre.

Chroniqué par
le 07/10/2003

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Liquid Hip Hop
(2004)
Inflamable
Abstract Hip-hop
Interview avec Dj cam
(Mars 2004)

Fillet of Soul
(2003)
Inflamable
Jazz/Soul/Abstract Hip-Hop
Soulshine
(2002)
Inflamable
Soul/Jazz/Hip-hop/electro



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



jeu. 20/04 - Chronique
Arto Lindsay - Ciudado Madame
mar. 11/04 - Chronique
Jacaszek - KWIATY
mar. 04/04 - Blog
Chrono.fixion - 2016
sam. 18/03 - Blog
King Crimson - Starless (1974)
sam. 11/03 - Blog
Zenzile - Elements
ven. 03/03 - Blog
Al' Tarba - La Nuit se Lève
mar. 28/02 - Chronique
Andy Shauf - The Party
sam. 25/02 - Chronique
Wooden Veil - Wooden Veil
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters