Accueil | dMute

Vromb

: Rayons



sortie : 2003
label : Ant-Zen
style : Electro-ambiant / experimental

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Klinikum
02/ Premier générateur
03/ Éclairs
04/ Rayons
05/ La rayure
06/ Boulevard
07/ Perpendiculaire
08/ Non-réel
09/ Circuit imprimé
10/ Deuxième générateur

Depuis 1993 et Jeux de terre, Vromb n’en finit pas de tracer sa route, en marge de tout rattachement à un genre ou à un autre. Le mot "originalité" est le premier qui vient. C’est vrai qu’il est ardu de trouver d’autres formations similaires partageant le même art du traitement sonore poussé à l’extrême. Ici, c’est un travail de recherche sur les nombreuses formes de rayons existants à l’état naturel ou technique, afin de les transformer et les interpréter musicalement. Comme il est souvent souligné, la musique de Vromb n’est pas destinée à être propulsée par des murs d’enceintes. Le meilleur moyen de profiter pleinement de la complexité et de la profondeur des travaux de Hugo Girard reste encore le casque. Avec des bruits, on fait des ambiances. Avec des ambiances, on fait des morceaux. Et avec ces chansons, on fait des albums. Voilà comment résumer pour les profanes. Electroniquement parlant, Vromb a depuis longtemps fait ses preuves. Chaque nouvelle production reprend la même recette, mais le résultat final est toujours different. Pour Rayons et comme d’habitude, c’est l’hypnotisme qui préfigure. Un hypnotisme puissant qui cependant ne dégage aucune agressivité, aucune prise directe de l’espace ambiant, et une forme poétique d’émerveillement, presque juvénile pour l’infiniment électronique univers de l’artiste canadien.
Si l’on écoute de plus près, on s’aperçoit que technologie et vie organique sont extrêmement proches, si on les compare sur un plan purement auditif. L’un paraît plus froid parce que moins fluide, moins arrondit. Et pourtant, Vromb machine vivante, mouvante, pensante. La machine se distrait...
Parfois le ton est à la liberté, comme Klinikum, terrain de jeux d’une multitude de drones et ronronnements mats en tout genre. Le groove lourd et lent de La rayure tente de percer sa coquille de vertige, tandis que Non-réel s’étale de son ambient électrique comme une vague parcourant le sable de la plage. Et puis l’excellent Perpendiculaire, rythmé et sirupeux, dans un style "vrombesque" ou les deux "générateurs", battis en briques de souffle, craquements et tension électro-magnétique, pourrait presque devenir soporifiques, tant ils inspirent le calme et le confort. Curieuses sensations...
Hugo Girard a manifestement une vision bien à lui de la musique expérimentale. En tout cas, celle-ci est honorable puisque communicative. Il suffit juste de se laisser aller. Pas de panique, la machine s’occupe de tout.

Chroniqué par Yragael
le 04/10/2003

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 18/06 - Chronique
Daniel Menche - Sleeper
jeu. 15/06 - Chronique
The Necks - Unfold
mer. 07/06 - Blog
Hugo Kant - Out of Time
sam. 27/05 - Blog
Equipe de Foot - Chapka
jeu. 25/05 - Chronique
Blonde Redhead - 3 O'Clock
lun. 22/05 - Chronique
Bethan Kellough - Aven
sam. 20/05 - Blog
Notilus - S/T
mer. 17/05 - Blog
Kara-Lis Coverdale : Grafts
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters