Accueil | dMute

Ambre

: Le mensonge



sortie : 2003
label : Ant-Zen
style : Electronica / ambiant / experimental

Tracklist :
01/ Le déclin
02/ Raz
03/ Sebkra
04/ Erratique
05/ Derrière la nuit
06/ Hiatus
07/ Hourvari
08/ Etique
09/ Vernal
10/ La vie est belle
11/ Plaisir et moisissures
12/ L'appel

On pourrait croire que tous les albums d’ambient se ressemblent et que tous les titres de tous les albums de tous les groupes d’ambient se ressemblent. Alors lorsqu’on tombe sur Le mensonge, on tombe aussi sous le charme. Voilà de l’ambient quatre étoiles. Une ambiance à chaque morceaux : douze morceaux. Il y a moyen de partir à la dérive sensorielle pour moins que ça. L’ensemble se révèle sombre, mais pas dark. Plutôt mystérieux, inquiètant. Raz anesthésie tout en douceur. Atmosphère feutré et médical. Collision parfaite entre la profondeur d’une boucle toute simple et d’une cohorte de cliquetis électriques rappelant que tout n’est pas si linéaire. Sebkra joue plus sur le dérangeant. A moins d’adorer les stridulations perçantes de plusieurs fréquences sur-aigues dans la même oreille et le vacarme ponctuel, ce passage sans délicatesse vous tirera sans préavis hors de la léthargie que peux provoquer Raz lors des premières écoutes. Plus sombre et glauque, Derrière la nuit disperse lentement ses lourdes vagues sulfureuses à l’horizon, entaillées de drones plaintifs ou granuleux, tandis que Hiatus et Hourvari penchent du côté de l’experimentation pure, basée sur un mélange psychédelique de collages, bruits en tous genres, click'n'cut et oppositions de tonalités. Sombre et dérangeant également La vie est belle. Hormis cet homme chantant La vie est belle pendant quelques secondes, le reste n’est que folie méchanique, soubresauts aliénant et instinct binaire. Enfin, Plaisirs et moississures donne une dernière dose de déviance sonore, quasiment indéfinissable, à mi-chemin entre le chaos organisé et la bestialité sans conscience. Pourtant tout semble si calme et plein de retenu. Les sons ne sont jamais agressifs, plutôt déviés vers une voie qui les rend méconnaissables (ou au contraire, familiers), créant ainsi ce climat tendu et inhumain, teinté de volonté, tout simplement délectable.
De la très bonne musique made in Ant-Zen, qui s’adresse à tous ceux qui apprécient les variations atmosphériques ou qui croient seulement que rien ne ressemble plus à un skeud d’ambient, qu’un autre skeud d’ambient.

Chroniqué par Yragael
le 01/10/2003

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 18/06 - Chronique
Daniel Menche - Sleeper
jeu. 15/06 - Chronique
The Necks - Unfold
mer. 07/06 - Blog
Hugo Kant - Out of Time
sam. 27/05 - Blog
Equipe de Foot - Chapka
jeu. 25/05 - Chronique
Blonde Redhead - 3 O'Clock
lun. 22/05 - Chronique
Bethan Kellough - Aven
sam. 20/05 - Blog
Notilus - S/T
mer. 17/05 - Blog
Kara-Lis Coverdale : Grafts
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters