Accueil | dMute

Neutral

: Caller-Id



sortie : 2003
label : Hymen
style : Soft electronica

Tracklist :
01/ Answering Machine #1
02/ Cut Paper
03/ Bird in the Air (Xingu Hill Remix)
04/ Silent
05/ Hey Ash (Atlas' Anthem Remix by Solenoid)
06/ Carbon (End Remix)
07/ Paper boy (Main Post Boy Remix by Telepherique)
08/ Answering Machine #2
09/ 180 (Cie

Caller-Id n’est pas vraiment un nouvel album puisqu’il contient quand même huit remixes de differents titres provenant des deux précédentes production de Neutral, à savoir Font Translation Errors et Motion of, ainsi que de nouveaux morceaux dont certains sont des mélanges reconstruits de Motion of. C’est une fois de plus l’étrange et atypique univers musical de Nicole Elmer qui nous est décrit ici. Véritable bande-son, faite de collages, d’experimentations et de sensations. Difficile de donner un genre, un credo. Ca ne ressemble à rien et en même temps à beaucoup de choses. En fait, Caller-Id s’écoute comme on regarde un film. Un bon film, esthétiquement complexe et artificiel comme un dessin animé. Les machines se transforment en jouets, mais pourtant rien ne semble naïf ou édulcoré. Un film, oui. Mais un film noir et torturé, puis primaire et simpliste, à nouveau sombre et machinal, puis hypnotique et pur. Un arrière-goût de folie perce parfois. Ce sont bel et bien des images qui s’impriment lorsque se joue Cut Paper, mélodique et touchant, malgré des revirements rythmiques nombreux, chatouillant la fibre noise de Neutral et un duo guitare/piano parfait. Comment préciser ? Electro-rock ? Noise-pop ? Aucune importance. Vient ensuite le premier remix, inauguré par Xingu Hill. Sa reformation de Bird in the Air prouve une fois de plus la dextérité de John N. Sellekaers à modeler les sons. Fractures "groovesques" abruptes et guitare nonchalante. Le tout agrémenté du chant particulier et doux de Nicole. Une bonne scène.
Changement d’ambiance radical durant Silent. Pesant de tout son ambient brumeux sur les tympans frigorifiés. Un requiem de piano à quelques notes vient s’égrainer lugubrement, entrelaçant une voix murmurante et vide. Seul un xylophone donne un peu d’air dans cet espace étouffant et gris, avant de venir se déchirer sur les cassures qui s’opèrent au sein même de la structure du morceau. Encore un bon moment.
D’ailleurs des bons moments il y en aura d’autres. Notamment avec le remix de Carbon par End, très rythmé et compact, celui de Telepherique, en deux parties, d’abord lent et malsain, puis plus rapide et teinté d’indus, ou encore la touche old school du robotique Carbon Paper. Dernier détour par le remix écrasant de Desire of de P.A.L., avant une conclusion claustrophobe et maladive entre le "funky" February and March et le glauque épilogue Answering Machine #3.
Vraiment un bon film. A voir sans l’ombre d’une hésitation.

Chroniqué par Yragael
le 29/09/2003

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 28/06 - Chronique
Uzul Prod - Continental Drifts
dim. 18/06 - Chronique
Daniel Menche - Sleeper
jeu. 15/06 - Chronique
The Necks - Unfold
mer. 07/06 - Blog
Hugo Kant - Out of Time
sam. 27/05 - Blog
Equipe de Foot - Chapka
jeu. 25/05 - Chronique
Blonde Redhead - 3 O'Clock
lun. 22/05 - Chronique
Bethan Kellough - Aven
sam. 20/05 - Blog
Notilus - S/T
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters