Accueil | dMute

Supersilent

: 6



sortie : 2003
label : Rune Grammofon
style : Electro / jazz

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ 6.1
02/ 6.2
03/ 6.3
04/ 6.4
05/ 6.5
06/ 6.6

Enregistré en seulement cinq jours à l’Athletic Sound de Halden, 6 confirme que la Norvège est terre de jazz. Si distinguer les legs de Bitches Brew, de A Love Supreme ou de Head Hunters dans les œuvres de Bugge Wesseltoft, de Eivind Aarset ou de Nils Petter Molvaer est encore possible, l’exercice est moins évident avec Supersilent ; n’en subsistent que l’esprit, l’improvisation, et quelques instruments : trompette, piano et batterie. Contaminée par l’électro expérimentale de Deathprod alias Helge Sten qui a produit l’album, la musique du quatuor est plus proche du jazz d’avant-garde de Axel Dörner & Kevin Drumm ou de Franz Hautzinger que de l’électro-jazz de ses compatriotes.

6.1 donne le ton. Fruit d’une libre improvisation, le morceau possède la richesse, la profondeur et la complexité des compositions les plus travaillées. Après une lente introduction alternant électro étirées et silences, il convie à une promenade dans une contrée étrange et angoissante au milieu des sons torturés aux textures insolites de Arve Henriksen et de Helge Sten et des percussions arythmiques de Jarle Vespestad. La musique de Supersilent est semblable à une foule effervescente dont vous pouvez apprécier l’allure, mais pas les mille mouvements de chaque individu.

Poursuivant le chemin ambient abandonné avec 5, chaque piste propose une atmosphère prégnante ; 6.3 est certainement la plus impressionnante, la plus belle de toutes. Le contraste entre les frétillants aigus frénétiques et les basses funestes du claviers de Ståle Storløkken, une batterie brusque, tout concoure à créer un climat de peur qui siérait parfaitement à la B.O. d’un film de John Carpenter. L’intensité du morceau va crescendo et alors que vous croyez atteindre le paroxysme de la terreur, elle s’accroît de nouveau. Les oreilles pleines d’effrois, vous assistez à un final dantesque, une apothéose apocalyptique, conjugaison jouissive de beauté et de frayeur.

Egaré entre le jazz (6.2), le post-rock (6.4) et surtout l’électro expérimentale, 6 est une sublime suite de longues pièces, plus rythmiques que mélodiques, puissant maelström instrumental qui vous emporte et duquel vous ne pouvez plus ressortir. Oeuvre très exigeante, le quatrième album de Supersilent ne s’apprivoise pas à la première écoute. Il apprend à être auditeur.

Chroniqué par dfghfgh
le 14/09/2003

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
7
(2005)
Rune Grammofon
Musiques improvisées



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 17/10 - Chronique
The Internet - Hive Mind
sam. 13/10 - Blog
FloatingArms - Loud Long Life
mer. 10/10 - Chronique
Zenzile - 5+1 : Zenzile meets JayRee
mer. 03/10 - Chronique
Delgado Jones - Rain Forest
ven. 28/09 - Chronique
Tim Hecker - Konoyo
sam. 22/09 - Chronique
Thalia Zedek Band - Fighting Season
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters