Accueil | dMute

Pimmon

: Snaps Crackles Pops



sortie : 2003
label : Tigerbeat6
style : Electronica

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ No Jazz for Jokers
02/ In einem Teich des Treibstoffs
03/ Frosty Pink
04/ Rtw: Sound of a Finished Kiss
05/ Over the Black Dot
06/ Bubble Beam
07/ The King, the Eye and the Surfboard
08/ Vogel Curcuits
09/ Babylon's Burning
10/ The Sacred Da

Vous ne connaissez pas Pimmon ? Eh bien moi non plus héhé, mais d'après ce que j'ai entendu de cet album, le monsieur est un grand bidouilleur de machines sur lesquelles il crée des sons, les découpe et les assemble. On appelle ça du click'n'cut. Et pour tout vous dire, le monsieur se débrouille plutôt très bien.
C'est sur une danse mysthique que débute l'album, rythmée par une douce mélodie entraînante, agrémentée du son entêtant se rapprochant plus de la bombarde bretonne vulgaire façon "canard" que de la trompette très classe d'un Truffaz. C'est amusant et bien prometteur pour la suite du disque. Et on ne s'y trompe pas, dès le second morceau on découvre un artiste bidouilleur avec un goût certain pour les sonorités originales et accrocheuses. Un fond granuleux que Pimmon caresse à rebrousse poil, le tout relevé par des orgues bourdonnant, ce mélange devrait nous être désagréable et pourtant une certaine douceur s'en dégage ; c'est la magie de l'electronica de Pimmon. On continue sur l'excellent Frosty Pink et son départ étrangement "pop" avec un vrai beat, une vrai ligne de basse et quelques petits bidouillages électro "jeux vidéo-esques", puis peu à peu ces bidouillages se font oppressants, la distorsion gagne en ampleur et le délire de l'artiste aussi. Et c'est dans cette même logique de bidouillages électroniques que continue l'album, avec une interlude toute en variations de fréquences (Rtw: Sound of a Finished Kiss), de l'électro-pop-électro (j'insiste sur l'électro, car le côté pop ne se ressent que sur les mélodies douces et accessibles) sur Over the Black Dot, l'électro-rock-électro sombre et froide de Bubble Team, etc., etc. Le tout se finissant sur l'amusant The Sacred Dance of Mimi Lush dans lequel chant et beat évoluent à l'envers.
Cet album est une curiosité à ne pas manquer pour ceux qui aiment la douceur de Four Tet, les bidouillages d’Aphex Twin et les mélodies impalpables de Matt Elliott.

Chroniqué par BobtomPerchu
le 02/09/2003

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



sam. 18/03 - Blog
King Crimson - Starless (1974)
sam. 11/03 - Blog
Zenzile - Elements
ven. 03/03 - Blog
Al' Tarba - La Nuit se Lève
mar. 28/02 - Chronique
Andy Shauf - The Party
sam. 25/02 - Chronique
Wooden Veil - Wooden Veil
lun. 20/02 - Blog
Mahom - Fell in
sam. 11/02 - Chronique
Taylor Deupree - Somi
mer. 08/02 - Blog
Stepart - Playground
dim. 22/01 - Blog
dMute recrute
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters