Accueil | dMute

Dopplereffekt

: Linear Accelerator



sortie : 2003
label : International DeeJay Gigolo Records
style : Electro Expérimentale

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Photo Injector
02/ Niobium Resonators
03/ Graviton
04/ Myon-Neutrino
05/ Z-Boson
06/ Higgs-Mechanism

Ceux qui furent séduits par l’électro-pop synthétique des précédents travaux de Dopplereffekt risquent d’être surpris à l’écoute de Linear Accelerator. Car le moins que l’on puisse dire, c’est que l’album est déroutant.
Le morceau éponyme de Gesamkunstwerk clôturant l’album précédent pourrait faire office d’introduction, de part son côté expérimental, mais ce n’est rien comparé au trois premières pistes, d’une longueur presque indécente, de ce nouvel opus.

Succession de sons déformés et hypnotiques, dépourvus de rythmique, assemblage infernal d’une noirceur quasi-cauchemardesque, à l’écoute de Photo Injector on pense à une machine organique où les sonorités cloisonnées s’étendent sur une plage de plus de 20 minutes, pour atteindre leur paroxysme sur Niobium Resonators et Graviton, véritable déluge, froid et torturé, d’une électronique bruitiste et grinçante.
L’écoute successive des ces trois plages, fortement déconseillée sous effets psychotropes, s’apparente à la traversée d’un tunnel obscur, et, pour peu qu’on puisse supporter un tel assemblage sonore, l’expérience est vraiment déroutante, pour ne pas dire éprouvante.

Les deux derniers morceaux apportent un peu de lumière, mélodiques, on retrouve ce son si "kraftwerkien" déjà présent sur Gesamkunstwerk, des nappes synthétiques s’étirent sur des rythmiques hachées, contrastant avec l’ambiance glauque des pistes précédentes. Ca soulagerait presque, c’est dire...

Finalement, que penser de cette galette de laborantins, peu soucieux de caresser les oreilles. On pourra apprécier la démarche, suggestive, intimiste et plutôt osée, il faut le dire, prouvant, si besoin est que la musique de Dopplereffekt se moque avec insolence des clichés usuels et frappe là où on ne l’attendait pas.

On ne peut s’empêcher d’avoir une pensée pour James Stinson, pilier du duo Drexciya, activiste respecté et intègre, décédé le 3 septembre 2002 à 32 ans de complications cardiaques. L’écoute douloureuse de cet album en devient presque formelle...

Chroniqué par WakMc
le 28/08/2003

Partager cet article :





1 commentaire
http://fp.nightfall.fr/
par Saskatchewan (le 31/08/2008)
J'étais déjà un grand fan de Gesamtkunstwerk, qui mêlait sonorités Techno de Détroit et vieux relents Kraftwerkiens, mais je dois dire qu'avec Linear Accelerator, Dopplereffekt s'est surpassé. L'album est sombre, addictif, répétitif, mais sans être monotone. Peut-être leur meilleur, et encore, Calabi Yau-Space possède aussi quelques arguments en sa faveur.
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



jeu. 25/05 - Chronique
Blonde Redhead - 3 O'Clock
lun. 22/05 - Chronique
Bethan Kellough - Aven
sam. 20/05 - Blog
Notilus - S/T
mer. 17/05 - Blog
Kara-Lis Coverdale : Grafts
jeu. 11/05 - Blog
Senbeï - NIN
lun. 08/05 - Chronique
Oxbow - Thin Black Duke
dim. 07/05 - Blog
Duster - Stratosphere (1998)
jeu. 04/05 - Blog
Näo - Duel
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters