Accueil | dMute

Blonde Redhead

: Melody of Certain Damaged Lemons



sortie : 2000
label : Touch & Go
style : Rock / electro

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Equally Damaged
02/ In Particular
03/ Melody of Certain Three
04/ Hated Because of Great Qualities
05/ Loved Despite of Great Faults
06/ Ballad of Lemons
07/ This Is Not
08/ A Cure
09/ For the Damaged
10/ Mother
11/ For the Damaged CODA

Avec Melody of Certain Damaged Lemons nos chères têtes blondes et rousses opèrent un net changement dans le rock auquel ils nous avaient habitués avec leurs quatre précédents albums. Adieu le rock noisy et l’influence de Steve Shelley (le batteur de Sonic Youth qui les avait découverts) et place à un rock bien plus pop (ne voyez pas de gros mot derrière cette désignation), teinté d'une électro enfantine, légèrement rétro et comme son nom ne l’indique pas : bien plus mélodique.
C’est Maki Takahashi qui pose sa voix sur les morceaux les plus pop/rock (In Particular, Hated Because of Great Qualities et This Is Not, certainement un peu trop rétro). Elle est accompagnée de synthétiseurs, d’une batterie lourde donnant le rythme et des guitares électriques posées.
Pour les morceaux les plus rock psyché (Melody of Certain Three, Loved Despite of Great Faults, A Cure) c’est Amadeao Pace qui chante. La batterie se fait énergique, les guitares plus puissantes et plus complexes, et la mélodie reste toujours aussi envoûtante.
Mother est le seul morceau les rattachant à leur rock noisy originel : la batterie se déchaîne, les guitares explosent en montant les gammes sur le "chant" rugissant de Maki. Puis l’album se termine en douceur avec le morceau For the Damaged Coda, une ballade au piano, rythmée par la batterie et le chantonnement de Maki.
Cet album est certainement plus accessible que les albums précédents, alors pourquoi ne pas se laisser tenter ?


Pour l’anecdote et pour votre culture personnelle "lemon" désigne en argo américain "une voiture délabrée". Ici "damaged lemons" est donc un pléonasme qui amusait beaucoup les frères Pace... pourquoi ça les faisait rire ? Il faudra penser à leur demander.

Chroniqué par Antoine
le 10/08/2003

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
3 O'Clock
(2017)
Asa Wakuru
Pop
Barragán
(2014)
Kobalt
Pop minimaliste
Misery Is a Butterfly
(2004)
4AD
Pop



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 15/11 - Chronique
Protomartyr - Relatives in Descent
sam. 04/11 - Blog
#12 (deuxième partie)
mer. 01/11 - Blog
Igloohost - Neō Wax Bloom
mar. 24/10 - Blog
#21 : Oiseaux-Tempête
dim. 22/10 - Blog
NO NEW YORK (1978)
ven. 20/10 - Chronique
Dälek - Endangered Philosophies
dim. 15/10 - Blog
#12
mer. 11/10 - Blog
Dub Engine - Psychosteppa
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters