Accueil | dMute

Daughter Darling

: Sweet Shadows



sortie : 2003
label : Plain Jane
style : Trip-Hop

Tracklist :
01/ Broken Bridge
02/ Shattered
03/ Let Me Speak
04/ Absconding
05/ Mermaid
06/ Sad & Lonely
07/ Things Untold
08/ Voodoo Games
09/ You Won't See Me
10/ Sweet Shadows
11/ Dust in the Wind

Derrière le visuel sombre et classieux du magnifique digipak enveloppant le premier album de Daughter Darling se cache une musique attirante et plutôt dénudée sur laquelle Natalie Walker pose sa voix si particulière tel un ange ayant le groove dans la peau. Très vite plusieurs noms nous viennent à l'esprit : Tori Amos, Archive, Massive Attack, Lara Fabian (non, c'est une blague). Programme alléchant, n'est-ce pas ?
Comme ces "influences", cet album recelle de multiples couleurs musicales à l'image de Sweet Shadows, morceau et titre de l'album, mystérieux, sombre et romantique. On retrouve ainsi des balades piano/beat (Broken Bridge, Absconding) ou gratte sèche/beat (Shattered, Things Untold, Dust in the Wind), assez minimalistes, mais tellement romantiques, faisant particulièrement ressortir la voix orgasmique de Natalie et son groove si particulier vous faisant hérisser les poils des bras (si ce n'est pas plus). Mais au-delà de ces morceaux d'école (très réussis néammoins), on découvre de vrais perles de production, notamment sur Voodoo Games et sa très lourde et puissante basse qui transporte nos âmes loins de leurs corps, guidées par le chant "fermé" de Natalie vers des profondeurs insondées, mystérieuses. Le très attendu Sad & lonely (pour ceux qui ont écouté les morceaux sur le site du groupe à l'époque de leur démo) nous berce plutôt dans un groove titubant, intense et fragile, comme ce clavier détendu et pourtant si classe sur lequel Natalie offre une complainte des plus convainquantes, des scratches et un sax se partageant le second rôle. Sur Let Me Speak, on retrouve à nouveau une atmosphère lourde de pur trip-hop (époque Dummy) avec une rythmique écrasante, un clavier lugubre à la Portishead et une basse on ne peut plus imposante et grave. On découvre aussi le très léger Mermaid, ambiance aquatique, rythmé par un breakbeat léger, assorti de l'écho d'un piano, parfait pour se détendre entre deux morceaux entraînant. Pour finir, un morceau venu de nulle part, une de ces productions que vous écoutez en boucle sans savoir pourquoi vous l'aimez. Peut-être est-ce cette ambiance lointaine d'Asie ? Peut-être est-ce l'ensemble : ce fabuleux son acoustique, ce tiraillement de cordes de violoncelle, ce solo de violon et cet orchestre de chambre ? Toujours est-il que You Won't See Me est une merveille et que le chant s'accorde parfaitement aux cordes, décuplant les émotions que fait naître la production instrumentale.
En bref, un excellent album trip-hop (devenu rare), nous faisant presque oublier l'absence de Portishead ces dernières années.

Chroniqué par BobtomPerchu
le 26/07/2003

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Démo
(2002)
Autoproduit
Trip-hop romantique / folk



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 20/08 - Chronique
Lawrence English - Cruel Optimism
mer. 16/08 - Chronique
Shannon Wright - Division
mer. 02/08 - Blog
Cornelius - If You're Here
lun. 24/07 - Chronique
Ici et Lui - Punk Prodige
mar. 18/07 - Chronique
Toàn - Histós Lusis
ven. 14/07 - Blog
The Doppelgangaz - Dopp Hopp
mar. 11/07 - Blog
CloZee - Harmony
sam. 01/07 - Chronique
The New Year - Snow
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters