Accueil | dMute

Sixtoo

: Antagonist Survival Kit



sortie : 2003
label : Vertical Form
style : Abstract Hip-hop / Electro Hip-hop

Tracklist :
01/ Something
02/ A to Zero
03/ Fear of Flying
04/ Baroque
05/ Outremont Mainline Runs Across the Sunset
06/ Daggers on All Corners (live)
07/ Funny Sticks
08/ Amphitheatre
09/ The Mile-End Artbike / Suicide Manual
10/ Keyed Cars

Encore un Canadien... Après le génialissime Square de Buck 65 (son meilleur ami, avec qui il forma Sebutones), ce "kit de survie" est voué à devenir à son tour tout aussi indispensable à l’amateur de hip-hop avide de nouveautés et d’expérimentations sonores.

L’électronique se marie ici à la perfection avec un hip-hop intime et instruit ; s’essayant (et avec quel brio !) au classique (Baroque) ou à des rythmiques plus torturées (Funny Sticks), peignant des portraits de personnes de son (nouvel) entourage de Montréal ou distillant de longues plages instrumentales (The Mile-End Artbike ou encore le très tourmenté Amphiteatre), Vaughn Robert Squire de son vrai nom, se livre entièrement et ne néglige rien.

Lui aussi, proche d’Anticon dont il souhaite désormais s’émanciper, Sixtoo partage néanmoins avec ces derniers un goût prononcé pour un hip-hop neuf et défricheur. Aujourd’hui plus inspiré par la musique électronique actuelle et les sons allemands des années 70 que par le funk ou la soul, Sixtoo mêle instruments (guitare notamment) et sonorités plus abstraites (tel le Fear of flying), ne négligeant pas pour autant l’aspect mélodique (Daggers on All Corners, Keyed Cars).

Sur The Mile-End Artbike / Suicide Manual, au format "à part" (19 min 14 !), s’enchaînent parfaitement plusieurs titres aux consonances sombres et froides, plus proches du Music Has the Right to Childrendes fameux Boards of Canada que d’un quelconque classique du hip-hop. Sixtoo clôt cet album sur l’intimiste Keyed Cars et son obsédante mélodie au piano, véritable touche finale d’une ambiance posée, jamais imposée.

En un peu plus de 45 minutes, Sixtoo ratisse large (electronica, soul, classique, scratch...) et contribue à redéfinir les limites du hip-hop... en les abolissant purement et simplement ! S’affirmant ainsi, pour ceux qui n’en auraient pas encore pris conscience, comme un de ces trublions inspirés du renouveau hip-hop auquel on assiste avec délectation depuis quelques années.

Complet et indispensable.

Chroniqué par Oropher
le 01/07/2003

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Jackals and Vipers in Envy of Man
(2007)
Ninja Tune
Abstract Hip-Hop
Body Ache Summer EP
(2004)
Ninja Tune
Abstract Hip-hop
Chewing on glass
(2004)
Ninja Tune
Abstract Hip-hop/Electro Hip-hop



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



jeu. 27/04 - Chronique
Filastine - Drapetomania
jeu. 20/04 - Chronique
Arto Lindsay - Ciudado Madame
mar. 11/04 - Chronique
Jacaszek - KWIATY
mar. 04/04 - Blog
Chrono.fixion - 2016
sam. 18/03 - Blog
King Crimson - Starless (1974)
sam. 11/03 - Blog
Zenzile - Elements
ven. 03/03 - Blog
Al' Tarba - La Nuit se Lève
mar. 28/02 - Chronique
Andy Shauf - The Party
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters