Accueil | dMute

Reaching Quiet

: In the Shadow of the Living Room



sortie : 2003
label : Mush
style : hip-hop / electro experimental

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Mother You're Long Gone
02/ She Ain't Gonna Call You Back (Part 1)
03/ Pier 39
04/ Your Fish
05/ Cabin Pressure
06/ Self Portrait Hand Puppet
07/ The Fly
08/ The Moth
09/ On Gummy Worms on Dental Floss
10/ Madame Rennevfski
11/ Salad Days
1

Ici, tout comme pour cLOUDDEAD, on est confronté à un véritable problème pour essayer de décrire efficacement la chose. Aprés avoir écouté l'album, certains diront que c'est du cLOUDDEAD sans DoseOne. Peut-être, sauf que cLOUDDEAD a une vague cohérence musicale, enfin du moins si on le compare à cet album. In the Shadows of the Living Room est un album complétement foutraque. Foutraque et bancal, mais d'une richesse et d'une créativité assez peu commune.
Définir musicalement Reaching Quiet peut pousser le chroniqueur musical au suicide. cLOUDDEAD se caractérisait par des titres plutôts long mais divisés en plusieurs parties. Là, c'est une succession de titres assez courts (aucun titre ne dépasse les trois minutes), bourré de samples idiots, de claviers crétins et de chants tout pourris : essayer d'écouter Split Screen sans rire de la voix de Why?, c'est pas facile. Idem pour "Housewife, ne pas sourire en écoutant le sample de "C'est un bon camarade".
Il n'y a aucune particularité musicale précise qui permette de se rapprocher réellement de tel ou tel style. On a du hip-hop bien sûr, mais aussi du rock, de la pop, de la musique de dessins animéz, et même du classique et des chansons à boire (I beer est particuliérement hallucinante). Le décalage est constant. On passe d'un coup à une musique pluttôt sombre à un passage bien idiot, comme c'est le cas sur Your Fish. Il n'y a rien de figé et on passe du n'importe quoi au n'importe quoi. Par exemple, le titre Indecent Proposal commence sur le théme du Parrain joué sur un vieux synthé et enchaîne sur un truc approchant le post-rock. Mais tout est impeccablement travaillé et s'enchaine assez bien. Même si l'album est un entassement invraisemblable de samples, tout semble assez cohérent dans le délire, et on reste scotché par les enchaînements entre les différents samples. C'est vraiment du parfait collage.
Bref, certains regretteront l'aspect un peu décousu et désordonné de l'album, mais ils seront forcés de reconnaître la maîtrise et la créativité des deux allumés aux commandes. Des titres comme Salad Days, Your Fish et Broken Crow peuvent laisser deviner que l'avenir du groupe sera brillant. Si vous n'êtes pas effrayé par les disques un peu difficile d'accés et si vous aimez les expérimentations musicales, allez-y les yeux fermés.

Chroniqué par
le 00/00/0000

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



sam. 27/05 - Blog
Equipe de Foot - Chapka
jeu. 25/05 - Chronique
Blonde Redhead - 3 O'Clock
lun. 22/05 - Chronique
Bethan Kellough - Aven
sam. 20/05 - Blog
Notilus - S/T
mer. 17/05 - Blog
Kara-Lis Coverdale : Grafts
jeu. 11/05 - Blog
Senbeï - NIN
lun. 08/05 - Chronique
Oxbow - Thin Black Duke
dim. 07/05 - Blog
Duster - Stratosphere (1998)
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters