Accueil | dMute

Cell Auto Mata

: Invasion of



sortie : 1999
label : Noise Museum
style : Electro / noise

Tracklist :
01/ Log boot
02/ Everlasting rail
03/ Rhizome
04 /Cyborg colony
05/ Synd altered rains imago
06/ Shore
07/ F.price venus
08/ Convex
09/ Exit liquid
10/ Contact, invade
11/ Cocktail hours (synd sythetis version)
12/ Prose lan
13/ Astrogrrl

Paru en 1999 sur le défunt label français NOISE MUSEUM, Invasion of restera comme une pièce brute, intransigeante et confirmatrice de l'identité d'un son, celui de Celluloid Mata.
La majorité des titres présents sont longs et assez linéaires. Linéaires car l'action de cette musique se fait sur la durée. Ici les mots qui prédominent sont : hypnotisme, rudesse et rigueur. Log boot et Everlasting rail sont construits de la même façon. Le tempo est le centre, véritable soleil artificiel, autour duquel gravitent atomes et nébuleuses, dans un grand chaos organisé. Rhizome, tout comme Cyborg colony rivalisent de puissance. Simple et direct, le groove se contente d'écraser, imperturbablement, comme un rituel immuable et incontrôlé. Puis, Synd altered rains imago emporte l'auditeur dans une autre direction. Chocs métalliques et force machinale pour une danse industrielle et glaciale. Plus ambient, Shore tente d'apaiser ce qu'il reste de conscience. Le rythme en retrait se laisse lentement submerger par une nappe électrique, mouvante et chimérique, jusqu'au silence. F.price venus pénètre insidieusement l'esprit, avec ses sonorités cristallines et pures, tandis que Convex retrouve la forme agitée et noisy d'un mécanisme rouillé sur fond de mélodie évidée et moqueuse. Exit liquid achève les tympans faibles par sa cadence frénétique et surtout ses fréquences aiguës. Contact, invade donne un instant la parole à la machine, puis Cocktail hours (synd synthesis version) fait l'apologie de la folie, structure complexe et insoumise portée par une voix féminine torturée et robotiquement sensuelle. Prose lan, qui arrive juste après, demeure electro et minimaliste. Pour finir, Astrogrrl invite une dernière à la danse, tempo désarticulé et saturé à l'appui.
Un très bon album, qui pourrait en lasser certains par son sens répétitif, mais qui a le privilège immense d'être d'une régularité et d'une conception originale et réussie.

Chroniqué par Yragael
le 00/00/0000

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
The Devil Is in the Detail
(2003)
Ant-Zen
Electronica technoïde
Sable
(2000)
Ant-Zen
Electro / noise



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 17/10 - Chronique
The Internet - Hive Mind
sam. 13/10 - Blog
FloatingArms - Loud Long Life
mer. 10/10 - Chronique
Zenzile - 5+1 : Zenzile meets JayRee
mer. 03/10 - Chronique
Delgado Jones - Rain Forest
ven. 28/09 - Chronique
Tim Hecker - Konoyo
sam. 22/09 - Chronique
Thalia Zedek Band - Fighting Season
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters