Accueil | dMute

Del Funicular

: Del Funicular



sortie : 2003
label : Autoproduit
style : Post-rock / rock expérimental

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Intra-experimenta Agere
02/ Core
03/ From Somewhere
04/ Muere
05/ Landlord
06/ Ver

Voici le premier enregistrement d'un groupe très prometteur nommé Del Funicular. Ce mini album sonne très pro, le son est parfait, et les compos à la fois originales et à la fois accessibles.
Dès le permier titre vous êtes transportés dans leur monde musical, entre psyché étrange, et froideur dure. De grosses nappes électroniques se jouant d'une instrumentation paniquée, pour au final nous offrir un moment de mystère futuriste.
Le second morceau est plus traditionnel, mélangeant l'atmosphère vivante d'un Placebo, à la qualité musicale d'un Mogwai. C'est très entraînant et agréable à l'oreille, que demander de mieux ? Un peu de calme ?
Et bien le calme on le retrouve dans le 3eme morceau, posé, toujours mystérieux. Un va-et -vient de solos, un coup c'est la guitare, un coup c'est aux machines de s'amuser, le tout sur une rythmique chaude et lourde, faite à la basse et batterie.
Après cet interlude assez oppressant, Del Funicular nous propose un titre plus gentil, plus triste, mélancolique. A la façon d'un excellent Low, l'atmosphère est douce et légère, les instrus discrètes, et le chant (pour la 1ere fois de l'album) apparaît timide et lointain. Les douces percus s'associent parfaitement à la lenteur de la mélodie, et doucement nous voici arrivé à l'avant dernier morceau de l'album.
Landlord démarre d'une manière assez effrayante, on se sent mal à l'aise. Vous savez, ces morceaux sombres et calmes, qui vous déchirent le cœur, et vous retournent le cerveau, et qui sans prévenir deviennent de vraies bombes prêtes à exploser... Et bien Del Funicular nous offre un morceau totalement fou, qui commence lentement et froidement, puis évolue sur un couplet rapide et tout fou, puis à nouveau s'étouffe et meurt immédiatement, puis battement après battement reprend vie, lentement mais sûrement, le son est classe, les mélodies renversantes, et l'évolution kiffante. Ce morceau est un chef d’œuvre digne des plus grands, on n'a pas envie qu'il se termine et on remercie le groupe de l'avoir fait si long (dix minutes).
Le temps passe vite et nous voilà arrivés au dernier morceau,Ver, terminant l'album sur une touche chaleureuse et enivrante. J'aurais aimé terminer sur ces mots, mais cet ultime titre mérite plus que cela, bien plus que de la simple chaleur, c'est une ambiance qui donne envie. Envie de quoi ? Envie tout court, envie de réaliser ses rêves, de dire merde, de dire huhu, ou tout simplement de dire bravo.

Chroniqué par BobtomPerchu
le 00/00/0000

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



jeu. 20/04 - Chronique
Arto Lindsay - Ciudado Madame
mar. 11/04 - Chronique
Jacaszek - KWIATY
mar. 04/04 - Blog
Chrono.fixion - 2016
sam. 18/03 - Blog
King Crimson - Starless (1974)
sam. 11/03 - Blog
Zenzile - Elements
ven. 03/03 - Blog
Al' Tarba - La Nuit se Lève
mar. 28/02 - Chronique
Andy Shauf - The Party
sam. 25/02 - Chronique
Wooden Veil - Wooden Veil
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters