Accueil | dMute

Andrea Parker

: kiss my arp



sortie : 1999
label : Mo'Wax
style : Soft-electronica / electro-acoustique

Tracklist :
01/ Breaking the code
02/ In two minds
03/ Clutching at straws
04/ Melodious thunk
05/ Some other level
06/ The unknown
07/ Elements of style
08/ Going nowhere
09/ Sneeze
10/ Lost luggage
11/ Return of the rocking chair
12/ Exclamation mark !

Le moins que l'on puisse dire , c'est que "Kiss my arp" a fait parler de lui lors de sa sortie. Sans doute les 12 plages qu'il contient en ont dérouté plus d'un et malheureusement, on sait que ce qui est nouveau est toujours soumis à critique de la part du milieu journalistique, censé savoir de quoi il parle, de la musique indépendante.
"Breaking the code" ouvre le bal. Sons percutants, mélodie sombre, et le fameux chant éthéré de Andrea, termine de rendre cette ouverture absolument réussie. "In two minds" mélange sonorité grave et bruits aigus, groove soutenu et symphonie de cordes. Downtempo et coups d'éclat des violons sur "Clutching at straws". La voix de Andrea s'y fait plus sensuelle que jamais. "Melodious thunk", le tout pemier titre composé par miss Parker, est un instrumental long et rythmé, aux teintes légèrement pop et old-school. Electro complexe, violon triste, break-beat et chant planant durant "Some other level", puis mix parfait entre trip-hop, ambient, instruments à cordes et voix évanescente pendant le très beau "The unknown". Sans aucun doute le moment fort de "Kiss my arp". "Elements of style" se veux être un défouloir mutant de percussions digitales, comme une salsa robotique et artificielle. Rythme tribal et lourd avec le noir "Going nowhere". Atmosphère fermée et étrange. "Sneeze" est une instrumentale, torturée et vibrante, déjantée et parcourue de soubresauts métalliques. "Lost luggage" donne libre cours aux violoncelles et violons, dans une étourdissante envolée triste et désespérée. Empirique, le titre prend toute son ampleur lors de l'apparition d'un groove lent et mécanique, s'opposant naturellement à l'harmonie classique et au chant profond et à deux voix de Andrea. Symphonie toujours sur "Return of the rocking chair". L'electro est largement en retrait cette fois-ci. On pense à une instru de PORTISHEAD, le downtempo sous prozac en moins. Enfin, "Exclamation mark !" referme ce premier album. Courte instrumentale, mystérieuse et étouffée.

Certes, "Kiss my arp" manque encore un peu de perfection. Mais honnêtement, rien dans cette production ne mérite d'être mis à la poubelle. Elle contient des morceaux sublimes, que seuls les musiciens de talent savent inventer. Au carrefour des styles et des genres se trouve la demoiselle dont je vous parle. A vous de voir.

Chroniqué par Yragael
le 00/00/0000

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
The dark ages
(2001)
Quatermass
Soft-electronica



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 16/08 - Chronique
Shannon Wright - Division
mer. 02/08 - Blog
Cornelius - If You're Here
lun. 24/07 - Chronique
Ici et Lui - Punk Prodige
mar. 18/07 - Chronique
Toàn - Histós Lusis
ven. 14/07 - Blog
The Doppelgangaz - Dopp Hopp
mar. 11/07 - Blog
CloZee - Harmony
sam. 01/07 - Chronique
The New Year - Snow
mer. 28/06 - Chronique
Uzul Prod - Continental Drifts
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters