Accueil | dMute

C'est quoi la musique ?

: #24 : Quentin Sirjacq



Après son magnifique album solo Companion sorti l'année dernière, le pianiste français Quentin Sirjacq revient en formule duo avec le chanteur guitariste anglais Dakota Suite pour une nouvelle œuvre toute en délicatesse et en retenue. Cette actualité était l'occasion de lui poser notre question...

C'est toujours avec un plaisir non dissimulé que nous accueillons chaque nouvel album du duo formé par le chanteur guitariste anglais Chris Hooson (aka Dakota Suite) et le pianiste français Quentin Sirjacq. Leurs œuvres délicates (quatre en comptant ce dernier) dispersent une douce mélancolie ainsi qu'une certaine zénitude puisant notamment dans la culture japonaise (le Mono No Aware ou la "sensibilité envers l'éphémère"). De quoi suspendre le temps et la marche folle d'un monde qui aurait bien besoin en ce moment d'être mis sur pause. Enregistré durant leur seconde tournée japonaise en 2017, ce quatrième opus The Indestructibility of the Already Felled (disponible à cette adresse) réserve une fois de plus quelques beaux moments propices au recueillement et à l'introspection avec quelques sommets comme cette magnifique Silences are all the world I have s'aventurant quelque part entre Erik Satie et Joe Hisaichi.

Quentin Sirjacq nous a également offert une poignée d'albums solos centrés autour de son instrument de prédilection le piano – parfois entouré de synthétiseurs, de piano préparé, de glockenspiels ou de vibraphones – et que l'on pourrait ranger dans ses passages les plus minimalistes aux côtés de certains disques de Sylvain Chauveau (Nocturne Impalpable, Un Autre Décembre). Quentin Sirjacq est entre autres un admirateur de jazz, de Steve Reich pour les structures rythmiques, d'Arvo Pärt pour la retenue, peut-être aussi de compositeurs plus récents tels que Max Richter auquel on pense parfois (ici), soit autant de compagnons de route irriguant sa musique de part et d'autre. Cet œuvre néoclassique et sensible nous a forcément donné envie de lui poser la question : C'est quoi la musique ?

.

.

.

Dans mon corps et mon esprit la musique est principalement une consolation. Elle allège ma vie de ses peines et tourments. Autant dans l’écoute que dans la pratique.

Je suis très sérieux, je crois que la musique console et guérit. Elle permet aux êtres de se relier les uns aux autres à travers les âges et les espaces, d’apporter un réconfort, de partager l’expérience du temps.

Consoler c’est rendre entier quelque chose de dispersé et par extension d’apporter une satisfaction. Quelle que soit la musique, elle va fonctionner comme cela pour moi.

Contrairement au bruit qui n’est pas organisé, la musique s’organise pour assembler (rassembler) quelque chose de chaotique, elle donne au temps (dans le temps musical) la fonction sereine de réconforter notre tragique finitude - l’espace d’un morceau ou de quelques mesures, une transcendance opère, quelque chose de magique et infini.

Bien souvent nous réécoutons les mêmes musiques en boucle - celles qui ont vraiment touché à l’endroit de notre besoin de consolation et réconfort - et elles fonctionnent comme un ciment à nos certitudes... Nous savons qu’il y a quelque chose de transcendant et libérateur dans ces musiques et cela nous rassure, nous y retournons donc sans modération - comme vers un temps « absolu » parfaitement maitrisé, contrairement au cours de nos vies et leurs aléas.

La musique est une expérience très personnelle mais que tout le monde peut apprécier pour autant que l’on se donne le temps et que l’on fasse un effort.

C’est en tout cas comme cela que j’ai été traversé par les musiques que j’aime...

Quentin Sirjacq



par Romain
le 31/01/2020

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



jeu. 06/08 - Chronique
Protomartyr - Ultimate Success Today
dim. 19/07 - Chronique
Bing & Ruth - Species
mar. 14/07 - Blog
Emocore : Itinéraire bis
lun. 01/06 - Blog
#25 : Marisa Anderson
mar. 26/05 - Chronique
Ben Lukas Boysen - Mirage
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters